Dictionnaire pour ravigoter les mots de Kakadoundiaye

Affété et afféterie : on dit de celui qui l’emprunte qu’il est maniéré, point de manières pourtant dans ce mot aussi élégant qu’un galuchat ; nonobstant sa pointe affinée qui le rend légèrement désuet à l’oreille du profane et aussi étrange qu’un attifet sur la tête d’une femme ou qu’un coquemar dans un magasin de porcelaines de Limoges, quand il se love dans une bouche cinabre il est aussi pur qu’un putto ornant une cimaise.

Margoter : pourrait être le bruit que ferait un falbala s’il était doté de paroles mais c’est aussi un bruit de cour qui froufroute quand circulent les potins du palais où les sigisbées n’ont plus le chic d’antan et montrent un certain empressement à se faire remarquer, pour récolter quelques miettes dans un ministère et à s’assoter à de stipendiées courtisanes du monarque qui chauvit des oreilles en faisant ses rodomontades qui finissent toujours en margouillis.

Apostume : à ne pas mêler à posthume même s’il peut dans certains cas entrainer la mort. Il revêt différents aspects : outre celui qui peut donner à la peau un ton zinzolin, quand il gangrène le pouvoir, il ampute la démocratie de ses valeurs humanistes, et devient un athanor où étuve la haine, cette daube qui pourrit une campagne présidentielle aux relents déjà fétides ; la seule manière de s’en débarrasser est d’aller derechef à l’isoloir et ce n’est point billevesée ou antienne que de le dire. Mais prenez garde à ne pas glisser dans l’urne un portulan, une carte marine en sorte, choisissez plutôt, un bulletin ponceau, nacarat ou même sinople…

Andrinople : une fois chassée l’image peu élégante du porte-coton rougi, l’andrinople tirant parfois sur le vermillon est moins douce qu’une soie garance mais tout aussi troublante, pouvant mener votre imagination du manteau d’arlequin au drapeau révolutionnaire en passant par une étoffe moyenâgeuse un peu lourde que l’on trouvait chez les notables ; de noblesse turque, elle a un air androgyne qui entretient son mystère.

Calamistrer : frise le calamiteux quand celui qui porte fière chevelure calamistrée et une double culture a cent fois plus de (mal)chance de se faire refouler à la frontière, d’être contrôlé dans la rue ou conduit devant un tribunal, quand ce n’est pas derrière les barreaux, que celui dont la coiffure est lustrée à l’onguent et le col blanc.

Hoirie : qui fait saliver les mistons d’un daron surtout quand icelui a morigéné à longueur de vie, fût un gobin avare, cacochyme, podagre et bancroche de surcroît ou fait saliver sa deuxième femme bien plus jeune que lui, la première étant morte en couches, qui va toucher le douaire et qu’il a sans doute rendue bréhaigne et élavée par sa tyrannie dissimulant sa tartufferie en brandissant son antiphonaire devant chaque jeune femme à la poitrine généreuse tout en leur disant du bout du nez mais avec des yeux écarquillés : « Ayez au moins la décence avec une guimpe, de couvrir ce sein que je ne saurais voir ! »

Une hoirie peut aussi revêtir un sens bien plus noble quand on parle d’humanismes, de talents, d’élégance, d’amour, de culture, de sangs mêlés…

Sybarite : le sybarite n’est point pusillanime encore moins reître, ni vulgaire ni tape à l’œil (il ne portera jamais de Rolex outrecuidante), raffiné jusqu’au bout des ongles, il mange le mirepoix dans une cuillère en or l’auriculaire orné le plus souvent d’une bague sigillaire, en amour il a un petit air escalabreux, il sacrifie à Épicure, aime le luxe, la volupté et même si ses chevances ne lui permettent pas tous les jours de faire ribote, il ne commettra jamais de fric-frac ; incorrigible optimiste, il jouit de la vie, aime passionnément les femmes, se laisse aussi parfois séduire par un giton élégant sachant jouer de son jalouset avec maestria, il ne craint ni la peur ni le blasphème, pour lui point n’est besoin de s’entourer d’haruspices, ces corbeaux noirs, sa vie n’est et ne sera qu’une succession de plaisirs délicats et d’embrocations les plus subtiles.

 

Et maintenant il me reste à déguster les vôtres... en attendant 20h...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.