CAMédia ouvre la discussion : pour un clavier bien tempéré

Promouvoir des débats respectueux et constructifs où l’on puisse inventer une pensée collective.Lors des travaux de la dernière Assemblée Générale de CAMédia, le dimanche 15 mars 2015, nous avons décidé de faire de notre Edition participative un lieu de débat.

Promouvoir des débats respectueux et constructifs où l’on puisse inventer une pensée collective.Lors des travaux de la dernière Assemblée Générale de CAMédia, le dimanche 15 mars 2015, nous avons décidé de faire de notre Edition participative un lieu de débat.

Jusqu'à ce jour, nous l'utilisions surtout pour donner des informations liées à nos Rencontres, et aux activités des groupes locaux ; ainsi les articles se succédaient comme de nombreux billets de blog, sans donner l'occasion de débats de fond qui prennent le temps de s'élaborer sur un temps plus long que celui, très éphémère, du fil des jours qui passent et du« Tracker »[1]qui défile.

Nous voulons proposer un cadre dans lequel pourront s'exprimer des avis divers et / ou divergents. Ce travail de réflexion sur notre édition est lié au constat qu'il est parfois fort difficile de mener, dans le Club de Médiapart et dans bien d'autres espaces publics, un débat contradictoire, à la fois précis, argumenté et sans agressivité : bien souvent, se constituent des effets de « camp », et les prises de position sont implicitement sous-tendues par l'idée que l'autre a tort, et qu'il s'agit d'avoir le dernier mot.

Soyons précis : il ne s'agit pas de prôner des débats à l'eau tiède qui viseraient hâtivement un consensus. C'est le contraire : nous désirons lancer des échanges qui feront bonne place aux avis les plus éloignés, aux idées nombreuses, aux convictions constituées, mais laisseront chaque fois une chance à l'esprit critique par le questionnement et le droit de réponse argumentée.

Il s’agit de combattre la « pensée paresseuse », celle qui se contente de répéter des idées convenues, devenues slogans. Le débat est une rencontre, une mise en question.

Dans ce cadre, nous avons imaginé qu’un auteur rédige un article initial, qui lance la discussion. L’auteur peut être un individu ou une équipe. Il doit  à la fois suivre ce qui s'écrit, réguler si nécessaire et solliciter tel ou tel  commentateur afin qu'il développe son idée dans un article suivant : la préférence irait donc plutôt à des réponses sous forme d'articles argumentés. Cela évitera des "commentaires" en rafale, émotionnels, agressifs, qui s'échangent entre deux auteurs comme dans un jeu de ping-pong. S'imagine-t-on, par exemple, la portée démocratique de cette forme d'intervention qui, avant d'émettre un jugement, prend le temps de demander ou fournir davantage d'éclaircissement, de dissiper un possible malentendu, de mettre au jour un implicite ?

Comment procéderons-nous ?

Qui écrit ? Un adhérent de CAMédia, un lecteur de Médiapart que nous sollicitons, un lecteur qui nous sollicite et dont nous agréons la proposition.

Comment publier ? Dans le cadre du thème traité, un auteur propose son billet au comité de lecture de l'édition CAMédia : celui-ci examine la proposition en fonction des recommandations énoncées dans le mode d’emploi affiché dans la colonne « thématiques de l’édition ». Voir ici et ci-dessous, en fichier attaché. Il le publie rapidement, après un éventuel dialogue avec l’auteur, ou en diffère la publication pour des raisons d'organisation des débats et de calendrier, ou refuse de le publier en expliquant ses motifs à l’auteur.

Cette initiative est fidèle à la finalité de CAMédia : prôner la complémentarité de l'individuel et du collectif et donner corps à l'idée que l'action à venir mérite de se nourrir de pensée et d'invention.

Nous pourrions ainsi développer une co-réflexion et faire place à un travail collectif d'intelligence.

Ainsi, nous avons décidé d'explorer dans les prochains mois trois thèmes :

  • Ethique du débat
  • Laïcité et monde commun
  • Mise(s) en danger de la démocratie

Leur formulation peut encore évoluer.

Très logiquement, nous proposons de commencer par une réflexion sur l'éthique du débat dans le cadre d'une presse participative. Il nous paraît en effet aller de soi que pour mener des débats contradictoires dans l'esprit que nous avons exposé plus haut, il nous faut d'abord proposer un espace de réflexion collective sur les conditions de développement de débats participatifs et citoyens.

Le premier article, introduisant la réflexion sur l’éthique du débat sera publié samedi 19 avril. Les articles à suivre seront publiés à intervalles réguliers.

 

 

 

 


[1] Le tracker est un outil qui permet de suivre, au fil des heures, la vie des articles et billets : http://www.mediapart.fr/tracker

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.