Collectif CAMédia
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

CAMédia

Suivi par 192 abonnés

Billet de blog 11 mai 2014

Roland Gori, des paroles et des actes

Collectif CAMédia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En décembre 2008, Roland Gori avec Stefan Chedri lance une pétition  « L'Appel des Appels pour une insurrection des consciences »  (87.000 signatures à ce jour) ; cette pétition faisait suite au mouvement « Pas de zéro de conduite » où il luttait contre la détection précoce de futurs délinquants parmi les enfants en difficulté. A la suite de « l'Appel des Appels », une vingtaine de groupes locaux se sont organisés en France.

Le 12 avril 2014, Roland Gori faisait partie des 200 personnalités se ralliant à la « Marche contre l'austérité, pour l'égalité et le partage des richesses ». Interviewé sur une radio nationale, à une heure de grande écoute, il plaçait de suite le débat au cœur du mécanisme néolibéral, citant Pasolini qui dénonçait la « religion du marché, cette forme de totalitarisme culturel » ; évoquant les professionnels en souffrance, il citait la philosophe, Simone Weil, « les finalités sont oubliées au profit des moyens » ; les peuples sont devenus des monnaies vivantes pour complaire au marché financier. Les hommes politiques sont eux aussi prolétarisés (au sens marxiste de confiscation du savoir, du savoir-faire au profit de la machine), leurs possibilités de décider sont confisquées par les machines de l'économie ou plutôt des enjeux financiers ; puis, il évoquait Manuel Valls faisant monter les Secrétaires d' État dans un minibus ; pourquoi pas, mais n'est-ce pas aussi du pur spectacle ? Cela renvoie à Guy Debord. Les promesses des politiques sont davantage figures de rhétorique et leurs paroles politiciennes devenues inconsistantes. D'où apathie politique, colère ou abstention.

Tout cela, Roland Gori l'analyse et le dénonce dans de nombreux ouvrages, lors de conférences en France et à l'étranger, bénéficiant d'une renommée internationale. Psychanalyste et professeur émérite en psychologie et psychopathologie clinique, il donne une dimension à la psychanalyse, à la morale, à la sociologie, à la politique en lien avec  l'oppression suscitée par le monde moderne. « Comment penser les ressorts de la modernité en conjonction avec une éthique du sujet ? »

 Les titres de ses ouvrages en témoignent : La folie évaluation, La dignité de penser, La fabrique des imposteurs, ouvrages parus aux Éditions Les Liens qui Libèrent. Dans son ouvrage le plus récent publié en janvier 2014, Faut-il renoncer à la liberté pour être heureux ?, Roland Gori démontre notamment  comment peu à peu la quantité prend le pas sur la qualité, comment la technique disculpe et ne requiert que son exécution sans états d'âme ; ainsi, « c'est l'Autre qui disparaît et notre liberté de désirer » ; un dispositif politique s'est mis en place prônant l'efficacité, l'évaluation n'étant que « le cheval de Troie » pour faire passer les normes d'une pseudo-gestion ; on assiste à une médicalisation de l'existence. En politique comme en psychanalyse, un sujet ne peut exister sans parole, sans autrui.

Programmés à l'avance par l'exigence des normes, nos comportements, dans la sphère professionnelle mais aussi dans celle des loisirs, sont façonnés par la rentabilité économique, grande organisatrice du champ social ; la sécurité devenant le sous-produit d'un discours sur le bonheur.... citant en préface Camus, « Nous prenons l'habitude de vivre avant d'acquérir celle de penser », puis Freud, «  L'homme civilisé a fait l'échange d'une part de bonheur possible contre une part de sécurité ». Pour étayer ses développements, en bon pédagogue et avec un certain humour, M. Gori fait également appel à Rousseau, Adorno, Tocqueville, Aristote, Constant, Lacan, Arendt, Mauss et autres grands penseurs et philosophes, mais il se réfère également à  des événements historiques.

La pensée est-ce encore bien utile, ça fait perdre du temps ? Quelles valeurs de l'Humain sont-elles prises en compte dans les processus de rationalité technique ? Et la création collective, que devient-elle ?

Pour inaugurer la 5e Rencontre avec Médiapart, « Comment vivifier l'énergie démocratique pour vivre et penser ensemble ? », nous nous réjouissons de pouvoir bénéficier de l'éclairage fondamental de M. Gori, penseur engagé : actes et paroles, n'est-ce pas aussi une ambition pour ces rencontres de CAMédia ?

Dominique Bouday

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier