Collectif CAMédia
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

CAMédia

Suivi par 192 abonnés

Billet de blog 20 avr. 2014

Frioul 2014. L’énergie, bien commun de l’humanité

Collectif CAMédia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’énergie est au cœur de notre civilisation technicienne. Nos vies en dépendent, elles en dépendent même de plus en plus.

L’énergie peut et doit aujourd’hui être considérée comme relevant des « biens communs de l’Humanité ».

Son emprise est considérable et va croissant. Selon les méthodes utilisées pour la produire, l’acheminer, la distribuer, découlent de nombreuses conséquences économiques, écologiques, sociales, culturelles, politiques, géostratégiques…

En France, l’État, par l’entremise d’EDF et de GDF a longtemps bénéficié d’un quasi monopole pour la production et la distribution de l’électricité et du gaz tandis que des firmes multinationales se partageaient celles issues du pétrole…

La mise en œuvre des « énergies renouvelables » bouleverse cette donne. On le voit surtout chez bon nombre de nos voisins européens, en particulier en Allemagne où la part de la production d’électricité renouvelable ne cesse d’augmenter, atteignant aujourd’hui 25%, avec un objectif de 35% à l’horizon 2020.

Au-delà de ces performances techniques, il importe de souligner que 52% des capacités de production installées entre 2000 et 2010 sont en possession des citoyens (40%) et des agriculteurs (12%).

La progression du nombre des coopératives énergétiques a été spectaculaire (il a doublé en 2012), on en compte environ 800 aujourd’hui, regroupant quelques 130 000 membres !

Les retombées de ces démarches coopératives sont considérables et doivent être prises en compte par tous les citoyens soucieux de contribuer aux transitions qui s’imposent :

  • ces coopératives favorisent la relocalisation de l’économie, en redistribuant leurs bénéfices sur les territoires où elles sont implantées ;
  • elles contribuent à l’acceptabilité sociale des outils de production, évitant ou limitant les réflexes « nimby » ;
  • elles contribuent aussi à revivifier le civisme à l’échelle locale et à contrebattre l’esprit de résignation si adroitement propagé par les néolibéraux ;
  • elles contribuent également à donner corps à l’économie sociale et solidaire.

En France, des démarches de ce type commencent également à être initiées et nous présenterons l’une d’entre elles, initiée à Béganne (56) où un parc éolien citoyen de 8f MW sera prochainement inauguré. Plus de 1000 personnes sont impliquées dans l’investissement auquel participent également diverses structures locales.

Jean-Claude PIERRE

Notre cinquième rencontre avec Médiapart aura lieu au Frioul, une île de Marseille, les 5 et 6 juillet 2014. Nous avons lancé un appel à contribuer à la réflexion. C’est dans ce cadre que Jean-Claude Pierre relance le thème des biens communs qui sera un fil conducteur de cette rencontre. Nous l’en remercions vivement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes