Cassez-vous, les métas!

À choisir je préfère les métas qui prolifèrent dans les soutes électroniques de Mediapart, migrent dans ses colonnes et gangrènent notre media (désolée, la rédaction!):

À choisir je préfère les métas qui prolifèrent dans les soutes électroniques de Mediapart, migrent dans ses colonnes et gangrènent notre media (désolée, la rédactionwink):

"Chouchou de la rédaction!", "Insulteuse chronique!", "Sainte-Nitouche!", "Pleurnicheuse!", "Gamine de cinq ans d'âge mental!", "Oreille de la modération!"; "Pollueuse de fils de commentaires!" (si, silaughing), "Fan de Ramadan and co" (Oui!Oui!laughing), "Crachez votre estomac et puis votre rate et bonne guérison!"... et j'en passe... des vertes et des meilleures, de métas électroniques...

J'arrête la collection des métas numériques et autres florilèges que nous pouvons cueillir ici et là sur la toile médiapartienne et qui ne sont que le miroir obscène de ceux et celles qui les profèrent. Elles ne se révèlent, finalement, dangereuses que pour la réputation et l'intégrité de notre journal.

P... d'IRM... au moment où tu recommences à te projeter dans un avenir, à reprendre des activités artistiques et une formation à distance, à lire et écrire, à rêver un peu... Boum! Les revoilà qui te narguent, les métas, perfides, sournoises et envieuses de ta joie de vivre retrouvée. Les revoilà qui viennent te pourrir la fin de ton année. Eh bien, non, Mesdames les Métas, je ne vous autorise pas à reconquérir mon territoire, je vous fais un pied de nez et même un croche-pattes. Vous n'allez pas me gâcher mes fêtes familiales avec vos sarcasmes. Vous n'êtes que des grenouilles enflées de méchanceté revancharde et je ne vais pas vous laisser faire, non mais! Eh! Les métas! Vous savez ce qu'il leur arrive, aux grenouilles qui veulent se faire plus grosses que le boeuf ? Boum! Vous n'aurez pas ma peau, car à ma peau, j'y tiens.

CQFD, Mesdames les Métas!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.