Et PAF le crabe !

En 2012, j'ai été pincée par un méchant crabe. La lutte a commencé. J'ai donc initié cette édition, vite rejointe par d'autres ami(e)s. J'ai beaucoup écrit et ce fut un moyen de garder la tête hors de l'eau. Certains de mes potes ont perdu la bataille et sont partis. Je suis de nouveau touchée par l'intrus et ai repris le combat. Ne rien lâcher, ne jamais baisser les bras, NO PASARAN le crabe !

 © Judith Dang-Nhu © Judith Dang-Nhu

Le voilà le bébé, le petit né. Ce livre, je le mâchonnais depuis longtemps mais il n'arrivait pas à poindre le petit bout de son nez de livre. Des mots dépassaient, j'en ai couché un certain nombre, ici, dans l'édition. Ca me triturait de l'intérieur, j'évitais d'y penser, je fuyais, je n'arrivais pas à achever l'histoire de ce voyage au cœur du cancer. Puis, un déclic ; ce fut l'annonce du cancer d'une amie. En l'accompagnant et en la soutenant, j'ai revécu alors toutes les étapes, les phases, les strates, l'enfoui, les souffrances, les espoirs, les galères que le cancer engendre cruellement.

J'ai décidé soudain qu'il fallait en finir, raconter jusqu'au bout, dégager l'intrus qui m'a tant pourri la vie, et j'ai écrit, écrit, écrit. Grand fracas intérieur. La joie dominait cependant car le bout du tunnel approchait. La maladie m'ayant appris la zénitude, je suis donc restée zen. (Quand même, j'ai mal dormi quelques nuits, ça travaille, vous dis-je).

Judith Dang-Nhu, ma petite fille, m'a soutenue dans ce projet et a illustré avec grand talent ce récit graphique.

Comme j'étais entrée en campagnes, présidentielle et législative depuis janvier, le récit est resté lettres mortes pendant quelques mois, puis je m'y suis réattelée avec mon éditrice et le voici publié.

Je le tiens entre mes mains, je le hume avec gourmandise et émotion, il est né, et il est beau. C'est l'histoire de ma vie depuis 5 ans. C'est pas rien et c'est si peu. Que ce livre vous donne espoir et courage, si vous êtes pincé(e) vous aussi.

Pour l'instant j'en ai 150 exemplaires à vendre. La page FaceBook Et PAF le crabe est ouverte, j'y laisse infos et vidéos ludiques. J'ai ouvert une adresse mail spéciale etpaflecrabe@gmail.com, pour que puissiez me contacter, si vous souhaitez dialoguer, organiser causeries, débats, dédicaces et autres partages. Je suis à votre écoute et complètement disponible, pour sillonner la France et aller vous rencontrer, rencontrer des soignants, des soignés, dans des hôpitaux, cafés, librairies, médiathèques, ligues départementales contre le cancer, associations d'anciens malades, salons du livre, etc. Je précise que toutes ces pérégrinations sont gratuites et bénévoles. Je n'ai pas écrit ce bouquin pour devenir riche et célèbre, mais pour aider des personnes à lutter contre cette maladie, en offrant mon expérience et ma niaque. Soyons imaginatifs, ensemble, pour ces actions de terrain et disons, ensemble, NO PASARAN le crabe ! A vous de jouer maintenant, j'attends vos plans et vos propositions !

Quand j'ai commencé à être « pincée » par l'intrus, je me suis dit J'ai un cancer . Puis je me suis dit Mais non, tu n'as pas un cancer, puisque tu n'en veux pas, c'est le cancer qui, pour l'instant, t'a et te tient entre ses pattes, mais pour l'instant seulement !. Puis, je me suis dit Je suis malade, j'ai réfléchi de nouveau et rectifié Oui, tu es malade en ce moment mais comme tu te soignes, tu es en train de guérir. Bien.
Mais quand le crabe te repince, tu dis quoi ?

J'ai réfléchi de nouveau, longtemps, difficilement, après un énorme passage à vide (car l'annonce de la récidive est un pur cauchemar surtout quand tu vois, sur les scans successifs, l'emplacement des lésions, leur capacité migratoire, leur importance, leur effacement, leur réapparition, etc.)

Et, après ces mois d'intense réflexion, maintenant, si l'on me pose la question Ca va ? je réponds Je suis guérie.

Fondamentale étape.

Je suis guérie car j'ai décidé de ne plus jamais avoir peur. Certes, j'ai encore peur parfois de souffrir, j'ai encore peur de mourir et de quitter cette vie que j'aime tant. Mais je suis guérie car j'accepte. Je suis guérie car je sais le sens de ma vie. Je suis guérie car je ris, j'aime, je vis. Je chante, je danse, je donne. Je ris et souris. C'est ça être guéri. Fuck off le crabe ! T'auras pas le dernier mot, ni le dernier sourire. Je les offrirai à la vie.

(Je me désabonnerai de Médiapart courant décembre, aussi ne vous inquiétez pas si mon nom se grise. Merci à vous tous pour tous ces merveilleux instants que nous avons partagés depuis 2011.)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.