Pour Tricia Natho

Tu es entrée dans la maladie sans le savoir. Maintenant, tu sais et tu entres dans le processus de guérison. En toute conscience.

images

Par où commencer ? C'est qu'il y en a des choses à dire. Des choses qui seront utiles à toute personne touchée par le crabe. Directement, dans sa chair, ou indirectement, chez un proche, un ami, un amour. Le crabe est une maladie grave, oui, tout le monde s'accorde à le dire, mais nous avons de quoi le combattre opiniâtrement.

Si le crabe est arrivé, c'est qu'il a pu se développer sur un terrain qui lui est favorable. Les cellules cancéreuses ont pu se développer et se multiplier à l'envi, pour des tas de raisons. Génétiques, environnementales, immunitaires etc. Nous ne savons pas encore pourquoi un crabe se développe et se nourrit de notre corps.

Nous devons lui compliquer la vie, arrêter son emprise et réduire à la fois son pouvoir et nos peurs. Que pouvons-nous faire ? Car nous ne soignerons pas que le corps, nous bossons aussi sur l'esprit, le mental. Car nous sommes entiers, un seul être, pas coupés en rondelles d'esprit ou de corps. Nous sommes UN. Les toubibs en priorité s'occupent de la partie corporelle, clinique, visible, mesurable. Nous, nous allons faire autrement. Nous accompagnons le protocole médical par notre protocole individualisé et personnalisé.

Dis-toi que nous pouvons faire beaucoup. Beaucoup.

D'abord, pour les cancers opérables, une partie du problème est résolue quand le crabe a été bistourité. Cela ne veut pas dire qu'il ne reviendra pas, mais, dans un premier temps, une grande partie du problème a été heureusement gérée. Puis, arrivent la chimio et la radiothérapie. Certains cancers sont combattus avec d'abord de la chimio ou/et de la radiothérapie pour réduire l'ampleur ou le nombre de lésions, avant le geste chirurgical. Y a pas un cancer qui ressemble à un autre et donc un protocole valable pour un malade ne l'est pas pour un autre malade qui a les mêmes symptômes.

Tu as un cancer, tu n'es pas cancéreuse. Tu n'es pas ta maladie. Rappelle-toi toujours ça.

Donc ce cancer on le dégage. Et comment ? Alors là je dirais que la stratégie est quasi militaire, que c'est une guerre de tranchées et que c'est toi qui tranches. Tu vas te concentrer presque 24 heures sur 24 sur cette bête qui te boulotte de l'intérieur. Tu ne vas pas lui laisser une seule minute et tu vas traiter TOUT en même temps : tes nausées, tes angoisses, ton système digestif, ton stress, tes insomnies, tes infections.

SE NOURRIR / Change de régime alimentaire. Le crabe aime le sucre et les glucides, comme cela a été démontré de nombreuses fois. Le sucre entraîne trop d'acidité, celle-ci favorise de l'inflammation chronique et le crabe adore quand ton PH est trop acide ! Donc tu privilégies les aliments alcalinisants et tu fais la chasse aux aliments acidifiants. Réduis le sucre et l'acidité de façon drastique. Supprime sodas, bonbons, gâteaux, croissants, pâtisseries, pain. Enlève une grosse partie des légumineuses, des pâtes, des céréales et du riz, mange moins de fruits. Lis toutes les étiquettes de tous les produits que tu achètes et regarde leur teneur en glucides. Choisis ceux qui en sont le moins pourvus. Au début, c'est dur car le sucré est associé au plaisir, nous avons été conditionnés comme ça, mais rappelle-toi que dans le passé, on ne mangeait pas aussi sucré. On mangeait plus gras. Eh bien, mange plus gras. Un avocat chaque matin, des protéines végétales ou animales si tu n'es pas végétarienne. Amandes et noix à volonté, c'est gras et bourré de bienfaits. Légumes verts à volonté, brocolis, choux verts, épinards, légumes fermentés, curcuma sur tous les plats, ail et oignon. Poissons gras et viandes grasses si tu aimes. Très peu de fromages qui acidifient et le lait est trop riche en hormones, et ce n'est pas bon pour les cancers du sein hormonaux ! Prends un ou deux pruneaux par jour pour fluidifier ton transit car enlever les fruits coince le bol alimentaire … Le matin, dans un verre à jeun, avant de petit-déjeuner, quelques gouttes de citron, avec une cuiller à café de bicarbonate qui va combattre cette fameuse acidité dont tu ne veux pas, et deux cuillers à café de vitamine C liquide Liposol, ça se commande en ligne. Bois beaucoup de tisanes, de thés légers, verts de préférence. Le jour avant chaque chimio, et le jour de la chimio, tu manges très très light, ou tu ne manges pas. Comme ça, les cellules cancéreuses se prennent de plein fouet les scuds chimiques.

BOUGER, DANSER, MARCHER / Autant que tu peux. Marche dès que tu as un peu d'énergie. Et si tu n'en as pas, tente quand même de toutes  petites sorties quotidiennes  pour aller écouter les zoziaux et voir les arbres bourgeonner.  Achète-toi un vieux vélo d'appartement et pédale, pédale comme une folle en regardant des séries crétines sur ton ordi ou à la télé. Ca fait travailler le corps, ça oxygène et ça vide la tête.

AIDES ET SOUTIENS / Appuie-toi sur les assistants de soins, sollicite-les sans vergogne. Ton infirmière de référence, le psychologue de l'hôpital, la sophrologue, l'ergothérapeute, l'esthéticienne. Y a plein de soins complémentaires maintenant pour les gens malades du cancer dans les hôpitaux, profites-en. Et puis comme tu ne bosses pas, tu as moins de pognon et y a plein de trucs que tu ne peux plus t'offrir, alors si on te les offre, tu vas pas refuser, hein ? . Un petit comprimé de Stresam de temps en temps quand tu craques, c'est un tèrs léger antidépresseur. N'abuse pas ! Un petit pétard peut faire l'affaire aussi mais je suis méfiante sur les cannabis des temps modernes, ils sont fortement dosés en THC. Huiles essentielle de cannelle pour renforcer le système immunitaire.Barbouille-toi d'huile de ravinsara pour ne pas te choper d' infections ou quand tu as des visites de gens malades quand toi tu es pile-poil dans le creux de la vague question lymphocytes. Faut pas d'infection sous chimio. Prise de température chaque jour, dès qu'elle s'élève, tu appelles le toubib, ou l'hôpital. Si c'est au-dessus de 38, tu vas à l'hôpital. J'ai eu un choc septique. Et ne sois pas sceptique ! Evite les blogs de « malades » du cancer, parfois tu y lis des trucs qui te bousillent ta journée, parfois tu lis des trucs qui ensoleillent ta journée, c'est selon. J'allais sur le site des « Impatientes ». Mais faut avoir le moral car on n'y parle que de … cancer, forcément. Et des fois on a envie de parler d'autre chose et de s'envoler dans une légèreté et une insouciance retrouvées. Donc avec modération les blogs.Tu peux aller visiter le site Guérir du Cancer, tu y découvriras la méthode du Dr Schwartz dont nous t'avons parlé, Méditerranéenne et moi, dans ton billet.

TE POMPONNER / Fais-toi belle, huile-toi, parfume-toi, regarde-toi dans une glace et dis-toi que tu es la plus belle nana du monde, et que oui en ce moment tu es un peu flapie ou un peu gonflée ou un peu jaunâtre mais que ce n'est que passager. Va t'acheter un joli foulard et une paire de chaussures, même chez un fripier, mais un truc que tu ne connais pas. Tu es une femme nouvelle. Et à une femme nouvelle, il faut du neuf, même vieux ! Si tes cheveux tombent, achète-toi une chouette perruque, y en a des superbes. Un massage des pieds par un réflexologue. Ca coûte cher mais c'est géant.

DORMIR et LIRE / Dès que tu peux, où tu peux, comme tu peux. Repose-toi, ressource-toi. Une fois, j'étais invitée à manger chez des amis, en plein protocole de chimios, j'ai fini par aller dormir dans leur lit, je n'en pouvais plus ! Le jour, la nuit. Trouve-toi un stock de revues, de bouquins, de DVD, pose tout ça dans ta chambre. En cas d'insomnie, tu lis la moitié de la nuit ! Le lendemain, tu dors et pis voilà. Achète un bouquin pas cher, édition J'ai Lu, qui s'appelle Revivre, écrit par Guy Corneau, un psychanalyste canadien qui a été touché par un méchant crabe, c'est une mine ce livre, tu en seras ravie, il va répondre à une grande partie des questions que tu poses et il a les solutions !

AMIS ET FAMILLE / Appelle à l'aide ! Rassemble le troupeau des aides possibles. Ne reste pas seule. Va aux visites médicales avec des amis. Téléphone indispensable, ainsi qu'internet. 

ECRIRE, PEINDRE / Exprime-toi. Ecris ta traversée du désert. Balance rageusement des couleurs sur un mur ou une toile si tu es en colère ou désespérée. Faut que ça sorte. Peins un menu minutieux mandala, tiens !

MEDITER / Visualise ton crabe, donne-lui une moche couleur et concentre-toi sur les parties de ton corps qui sont touchées, et , de l'intérieur, par cette méditation un peu spéciale, tu dis à ces vilaines couleurs de maladie, Dégage le crabe t'es moche t'es pas mon pote je t'ai pas invité ! je veux pas de toi il est hors de question que tu continues de me squatter fous l'camp. Visualise TOUTES tes autres cellules, celles qui ne sont pas malades, et tu leur dis Bon c'est quoi ce bordel ? Vous allez dire à vos voisines de palier que c'est fini le boxon et le boucan après 22 heures, rideau, dites-leur de dégager, car vous voulez VIVRE, non ? Et moi aussi ! Guy Corneau va t'aider à trouver le sens et le chemin de la guérison, comme il le dit lui-même. Et tu comprendras mieux ce que je veux te dire en parlant de visualisation. Je ne vais pas t'expliquer mes propres et complexes méditations de guérison, qui ont pour nom shamathas.

LA PEUR ET AUTRES ETRANGETES /  La peur de souffrir, celle de ne pas s'en sortir, de mourir après mille milliards de sabords de souffrance, de laisser ceux que tu aimes. La peur est là dès que tu commences à avoir peur. Donc n'aie pas peur. Fastoche, non ? Et si la peur te gagne, tu relis et fais TOUT ce que je viens de t'écrire. Après, tu n'as pas le temps d'avoir peur ! Mais tu ne seras pas visitée que par la peur, une autre étrangeté qui a pour nom colère contre ton cancer pointera son nez. Laisse glisser sur ton échine la colère, la peur, le découragement, l'envie de fiche le camp à l'autre bout de la planète, la douleur, la souffrance. Eprouve ces sentiments mais qu'ils ne t'atteignent pas, car rappelle-toi, tu as mille trucs différents à faire chaque jour. Et tu joues la gagne !

Voilà le programme ! Ne t'avais-je pas dit que c'était facile ?

Aie confiance en toi, aime-toi, fais-toi du bien, crois-en ta guérison. Et bosse contre la bête chaque jour et chaque nuit, 24 heures sur 24.

Y a des trucs qui marcheront et y en a d'autres qui rateront. C'est normal, mais c'est comme ça la vie, et tu le sais bien. Prends chaque nouveau problème délicatement, avec des pincettes en or, regarde-le droit dans les yeux, et dis-lui Toi, mon coco, tu vas pas me gaver, ok ? Puis, tu reposes le problème sur le sol et il s'en va la queue entre ses jambes de problème. Tu traites chaque problème, l'un après l'autre. Tu avances, pas à pas, jour après jour, sur le chemin. Ne sois pas tentée de galoper. Avance chaque jour. Ne te préoccupe pas trop des mots "rémission" ou "guérison". Vis, c'est tout.

Boxe et reboxe ton crabe dès que tu le peux. Envoie-lui des mandales et percute-le de bons ut ! C'est une guerre, et tu dois et tu vas la gagner. Et pourquoi tu vas faire tout ça ? Ben parce que tu veux VIVRE et GUERIR. Et puis si tu ne le fais pas, qui le fera à ta place ?

Nous sommes là autour de toi. Pas de panique. Il y aura toujours quelqu'un pour te filer un petit coup de main au moment-même où tu désespères.

Voilà, petite éléphante. J'ai sûrement oublié de te dire plein de trucs, j'espère qu'ils me reviendront et que je pourrai les écrire à la suite ici, ou te les envoyer plus tard. Et puis, je compte sur les visiteurs de ce billet, ils ont sûrement d'excellents conseils à te donner. Tout le troupeau veille sur toi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.