Jean-Max Sabatier
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Cantate pirate

Suivi par 39 abonnés

Billet de blog 25 mars 2020

Jean-Max Sabatier
autoentrepreneur
Abonné·e de Mediapart

Cours d’économie : faire son pain soi-même

Avec un peu de maths pour le collège, le lycée, la société, faites des travaux pratiques de physique - chimie - alchimie - cuisine, et calculez le prix du pain au kilo. Le vrai.

Jean-Max Sabatier
autoentrepreneur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faire son pain soi-même, ça a tous les avantages, et à peu près aucun inconvénient. Le seul, ce serait le temps que ça prend : entre un quart d’heure et une demi-heure. Mais c’est du temps d’exercice physique, le pétrissage étant un excellent exercice manuel. Vos mains ne se rouilleront jamais. Et passer chez le boulanger vous prend du temps. Et pour le payer, vous consacrez une partie de votre temps de travail. Donc, c’est un argument qui a très peu de poids. En tout cas, qui n’en a plus aucun en ce moment, d’autant que le confinement ajoute encore des avantages : moins de risque de contamination ; une façon de s’occuper et d’occuper les enfants : une satisfaction consolante, faire soi-même, c’est toujours bon pour le moral.

Il y a aussi l'argument santé : mon pain est salé très peu, la farine est bio, il n'y a bien sûr aucun additif pour la texture (c'est un chouïa galère à tartiner).

Enfin, l’argument économique. Y a vraiment pas photo. Alors que le prix du pain devrait accorder très peu de part à la main d’œuvre, mécanisée, le faire moi-même me fait économiser 100 € par mois ! (il est vrai que je suis gros consommateur de pain ; du temps où je le prenais chez le boulanger, j’en avais pour 5 ou 6 € par jour, 165 € par mois). C’est devenu nécessaire pour moi, étant donné le niveau de mes revenus. Dans ce contexte de crise économique pour tout un chacun, je préconise. Note : 100 € par mois, c’est environ 10 % de mes revenus.

Pour un pain de campagne d’environ 600 g (Je fais en moyenne cinq fois du pain dans la semaine) :

Voici comment je procède. C’est juste une façon de faire, il y en d’autres. Celle-ci me donne satisfaction.

J’utilise :
De la farine semi-complète (T110) bio. 1,33 € le kilo ;
De la levure de boulanger. 0,55 € le cube de 42 grammes. Je le coupe en huit petits cubes, un cube pour un pain.
De l’eau minérale. 0,17 € le litre et demi.
Du sel, du sucre, très peu. Je néglige leur coût.
De l’électricité. Je viens de regarder ma dernière facture. On va compter le kWh 0,124 € toutes taxes comprises. Je ne fais pas intervenir l’abonnement, puisque l’installation du four n’a pas nécessité d’augmenter le contrat. Mon four consomme 1000 W. La cuisson dure 35 mn, la moitié de ce temps à fond, la moitié à 80 %.

La formule qui donne la consommation en kWh en fonction de la puissance P exprimée en W et du temps t en h est la suivante : Conso = P multiplié par t.
Attention, il faut convertir les minutes en heures.

Se laver les mains.

Dans un saladier, mettre une dose d’eau pleine à ras-bord (220 mL), une pincée de sel, une pincée de sucre. Voila ce que j’appelle une « pincée ».


Remuer. Ajouter 1/8 de cube de levure.


Bien remballer la levure avant de la mettre au frigo.

Avec la petite cuillère, écraser la levure contre la paroi du saladier, et tourner tout autour pour aider à ce qu’elle se dissolve.


Ajouter trois doses faibles de farine, environ 360 g.

En fait, il vaut mieux ne pas mettre assez de farine, et avoir à en ajouter ensuite. Parce que s’il y a trop de farine, la pâte sera trop épaisse, et le pétrissage deviendra du handy-building. Creuser un trou au centre et aider à ce que l’eau y vienne. Puis tourner, d’abord au milieu, puis en se rapprochant du bord du saladier,

jusqu’à venir tout contre : de cette façon, vous emmenez la farine qui se trouve contre, et vous « nettoyez ».

Quand tout est à peu près passé sous forme de pâte, saupoudrer de farine pour qu’au contact, ça n’accroche pas sur la main.

Écrasez, avec le poing, écrasez partout avec un mouvement latéral en tournant le long de la paroi, écrasez parfois au milieu. Avec l’autre main, faites tourner le saladier pour que vous soyez toujours en train de pétrir avec la même position. Ajoutez de la farine si c’est trop liquide et que ça accroche. Cette action d’ajouter a deux fonctions : elle conduit au bon dosage, et empêche l’accrochage. Retournez la pâte quand c’est faisable, et continuer votre écrasement rotatif de l’autre côté.

Quand vous voyez que c’est possible, vous prenez le pâton et le pétrissez entre les mains. J’utilise deux mouvements. Au début, le pétrissage, chaque main pétrissant alternativement, un peu comme si vous tétiez maman, et en tournant le pâton à chaque pression. Après, je roule, d’abord entre les deux mains, en appuyant fort pour écraser (ça, ça fait aussi travailler les bras). Puis, prenant le pâton bien allongé dans une main, avec l’autre, vous le trayez pour qu’il s’allonge encore. Quand il est long et fin, vous le repliez et recommencez plusieurs fois. Puis vous recommencez à téter maman. Puis vous recommencer à traire la vache. Puis vous remettez un coup dans le saladier pour écraser en rond. Quand c’est OK, vous le sentez. 

Vous saupoudrez de farine là où ça va reposer, et vous mettez dans le saladier. Un quart d’heure plus tard, vous refaites un petit coup de pétrissage.

Moi, mon truc, c’est l’escargot. Je roule le pâton en colimaçon. Vous saupoudrez bien la partie inférieure, qui reposera contre le saladier, jusqu’à une certaine hauteur, si vous l’oubliez, quand ça va lever, ça accrochera.
Le temps de lever dépend de la température. En hiver, je place le saladier sur une chaise devant le poele, à un mètre environ.

En été, pas de souci. Parfois je place devant la vitrine si le soleil tape dessus. Disons entre 1 et 3 heures.

La pâte est levée.


35 minutes au four. À température maximale (250°) pendant 20 mn, réduisez ensuite (200°). Un godet d'eau est recommandé, pour humidifier l'atmosphère dans le four.

Je baisse la température à 200 ° à mi temps.

Voilà. Y a plus qu’à manger le pain.

Et à faire le calcul.Toutes les données nécessaires y sont, une ou deux sont inutiles.

1) Calculer le coût de chaque ingrédient, rapporté à 1 pain. Toutes les proportions sont à chercher et à trouver dans le texte.

2) Calculer le coût en énergie électrique, rapporté à un pain.

3) Calculer le coût d'un pain.

4) Calculer le coût de mon pain au kilo.

5) Calculer le montant de ma dépense mensuelle pour le pain, en prenant 30 jours par moi.

6) Demander au boulanger quel est le coût de son pain de campagne au kilo.

7) Calculer mon budget pain mensuel si je continuais toujours à acheter le pain chez le boulanger.

8) Calculer l'économie mensuelle que je réalise.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes