Jean-Max Sabatier

autoentrepreneur

Osny (Val d'Oise) - France

Sa biographie
Je suis né en 1957, d’une maman institutrice et humaniste et d’un papa agent technique et invétéré bricoleur, tous les deux m’ayant légué leurs vertus et talents. Arrivé en sixième à pas dix ans, étant du mois d’octobre et ayant sauté le CE1, peu passionné par l’école (trop facile ou trop ennuyeux), j’en ai gardé une motivation très forte pour l’améliorer, dans ses programmes, dans ses méthodes, dans ses personnels. Bac C, DUT génie mécanique, maître auxiliaire en technologie, professeur de maths et physique dans le privé. Divers emplois d’ouvrier ou de technicien de bureau d’études. Maîtrise de lettres modernes, licence de maths. Et quinze ans de cours particuliers à domicile à mon propre compte. Enfin, en 2009, je casse ma tirelire et j’achète les murs d’une librairie dans un quartier dit sensible. J’agrandis et j’embellis mon local, et je crée des groupes de soutien scolaire. Je gagne très peu, je peux tenir grâce aux faits que je suis propriétaire de mon local, et que j’ai une vie très sobre. Je fais du vélo, suis végétarien, chauffe très peu. (mon logis ! Mon local, lui, est très convenablement chauffé, au bois.) J’ai surtout une passion « politique » : je rêve de la mort du chef et du clan. Je crois en un monde où les gens s’organiseraient et s’administreraient eux-mêmes, sans l’intermédiaire de partis, qui sont des facteurs de conflits, et non de progrès. Les partis étouffent les questions et cristallisent les problèmes. Au contraire, j’affirme que les gens, qui sont capables de bâtir des ponts ou des cathédrales, de découvrir et d’étudier les lois de la nature, d’inventer et de construire sans cesse des objets merveilleux, sont capables de faire éminemment mieux que n’ont fait tous les systèmes politiques ayant existé. J’ai plus de fierté, d’ailleurs, pour tout ce que je sais faire de mes mains, que pour mes études ou mes enseignements. À ce titre, cet article qui présente mes travaux à Conflans me semble la meilleure des illustrations : https://blogs.mediapart.fr/792837/blog/060919/cetait-moins-bien-avant
Son blog
28 abonnés Ad fratres et sorores
Ses éditions
1 / 2
Voir tous
  • Les Lumières de la Gauche : discours de Jules Ferry le 28 juillet 1885

    Par
    re-pression
    Eh oui ! En ce temps là, la Gauche, c’était les Républicains. Par rapport à 1793, où c’était les terroristes, y a quand même un progrès. De nos jours, tous les partis politiques sont « républicains ». Mais déjà, la gauche troisième république présente un trait commun avec la gauche d’aujourd’hui : les Lumières. Même si cette gauche actuelle n’a pas la moindre idée de ce que cela signifie.
  • Rêve d’Hitler, phallus de fer

    Par
    hitler-slip-1
    Exercice de style de Norman Spinrad, 1972
  • La ... sur un toit brûlant

    Par
    poils-colonne-1-2
    C'est aujourd'hui le non-anniversaire du décès de Reiser. Comme j'ai pensé à lui en me poilant très fort devant la dernière une de Charlie Hebdo, qui a et va beaucoup faire parler les mollahs, et peut-être même les macrons, moi, je pense aux wokrons, qui eux aussi ont le droit de parler, et d'ailleurs, l'exercent à outrance.
  • Génocide d’antan

    Par
    lucs-sur-boulogne
    Toujours dans le numéro 11 de Front Populaire, La gauche (im)morale, Thierry Lentz évoque le bain de sang fondateur de la gauche, française mais pas que. Ainsi que l’histoire de cette histoire. Les SS n’avaient rien inventé. Déconstruction des mythes fondateurs de la République française, et de ses impostures. Morceaux choisis.
  • Le prophète du vide et la philosophe

    Par
    nogaret-sartre
    Dans le numéro 11 de Front Populaire, La gauche (im)morale, Anne-Sophie Nogaret établit que Sartre est le vrai père de la Gauche woke. Derrida, Deleuze et Foucault ont pompé sur lui, tout comme Houria Bouteldja. Morceaux choisis.
Voir tous
  • Édition Cantate pirate

    C'est pas juste

    Par
    hune-deux-trois
    J'avais oublié ma cantate pirate. Je suis revenu quelques temps pour donner l'adresse de mon site sur mon blog, et paf ! J'ai oublié la cantate. C'est pas juste. Faute réparée.
  • Édition Cantate pirate

    Souveraineté bien ordonnée commence par soi-même

    Par
    Les abonnés sélectionnés par le comité de lecture Front populaire sont pas tous des ânes. Éric Lannée, travailleur indépendant : « Avant de sʼindigner du manque de souveraineté de la nation, les individus qui la constituent et cautionnent le système en élisant des représentants, ne devraient-ils pas sʼinterroger sur leur propre souveraineté individuelle, lâchement abandonnée dans lʼurne ? »
  • Édition Cantate pirate

    Désobéissance intellectuelle

    Par
    jeune-femme-fenetre
    Je commence à comprendre depuis quelques temps pourquoi Onfray, à la pensée si limpide et si vigoureuse, si utile, est à ce point pris pour cible. Je m’aperçois que cette question est initiatique. Fréquenter Onfray, fréquenter ses détracteurs, fréquenter aussi certaines voix du génial et piteux Front Populaire, me fait prendre conscience de beaucoup de choses.
  • Édition Cantate pirate

    Il ne faut respecter la loi que si elle respecte les gens

    Par
    gandhi-happyness-harmony
    Le couvre-feu est stupide. Je peux rentrer chez moi à l’heure que je veux sans faire courir de risque, ni à moi ni aux autres. Je vais le transgresser. Je le transgresse déjà. Mais à présent, je vais mettre mon gilet jaune. En effet, je suis en danger, et je suis invisible.
  • Édition Cantate pirate

    Détournement éditorial

    Par
    rosa-parks
    Donc, le thème étendu, c’est ça. La désobéissance. En ce qui me concerne, je mettrai demain un premier billet qui correspond à une première désobéissance. Si vous avez une tiote envie de désobéir, envoyez-moi une demande de participation, et si ça me botte, banco. Vous intégrez la cantate pirate.