Hebd(r)omadaires : encore un incipit

C’est un drôle de livre, auto et bio graphique ! On ne fait pas du premier coup la séparation des deux voix. Prévert a refusé l’entretien, mais il a accepté l’entretien. Le jeune André Pozner est fort intimidé, fort charmé, et au fond, fort silencieux : la voix est bien le plus souvent celle de Prévert. Dans cet incipit, c’est la voix de Pozner.

J'ai ouvert le Petit Larousse et j'ai lu : Jacques Prévert : poète français, né à Neuilly-sur-Seine en 1900. Il allie l'image insolite à la gouaille populaire. J'étais bien avancé!
Je venais de trouver du travail. Il faut bien. Un ami m'ayant signalé qu'une revue littéraire avait besoin de collaborateurs, j'avais téléphoné au rédacteur en chef, j'étais allé le voir et, en sortant de chez lui, j'étais chargé « d'obtenir une interview de Prévert ».
J'ignore comment on fait ce genre de chose. J'ai refermé le dictionnaire, consulté quelques numéros de la revue pour me faire une idée, mais je suis resté perplexe. Des écrivains parlaient à confusion de ce qu'ils considéraient comme leur vie, leurs idées, leur œuvre. Moi, je ne me figurais pas le moins du monde, adoptant un air grave pour flanquer un micro dans les gencives d'un homme qui ne m'a jamais mordu et lui demander sans rire : « Quelle est votre conception de l'existence ? Pourquoi écrivez-vous ? Si vous deviez vous retirer sur une île déserte, quel est le livre que vous emporteriez ? Quelle place occupe dans vos écrits le chapeau haut de forme ? »
Je n'avais qu'à trouver d'autres questions. À la rigueur, celle sur le huit-reflets m'aurait convenu. Ou alors, puisque j'avais lu dans Fatras un texte intitulé L'Interview :

- J'ai lu les Bucoliques, les Provinciales,
les Misérables, les Illuminés,
les Diaboliques, les Désenchantées,
les Déracinés, les Conquérants,
les Indifférents ...
- Et que faut-il lire maintenant ?
- Les Emmerdants, il faut bien lire avec son temps !

je m'apprêtais à demander à Prévert : - Qu'avez-vous lu récemment ?

 

dromadaire
Les enfants, on va pas établir de séparation : c’est un travail de collège, point. Certaines des questions sont plus complexes que d’autres, mais même si t’es en sixième, vas-y quand-même.

1) Cherchez dans le papier ou sur la toile quels sont les auteurs des œuvres mentionnées dans l’extrait de Fatras. Cherchez aussi ce qu’est Fatras. Essayez d’en trouver des extraits, et choisissez-en un. Collez-le dans votre travail. Cherchez les dates de Prévert, celles de Pozner. Ce récit se déroule en 1969. Dites quel âge a chacun des deux hommes lors de leur rencontre.
2) Pourquoi Pozner est-il intimidé ? En quels endroits du texte cela apparaît-il ?
3) Ce texte présente en arrière-plan un contenu critique et satyrique. Montrez-en les exemples. Dites à quelle voix, entre celle de Prévert et celle de Pozner, ils appartiennent.
4) Quel est le temps de narration employé par Pozner ? (Rappel : la narration se fait soit au passé composé, soit au passé simple, soit au présent.) Relevez tous les verbes se trouvant à ce temps de narration.
5) Relevez ensuite des verbes qui ne sont pas à ce temps de narration, et dites pourquoi.
6) Transcrivez le récit à un autre temps de narration : vous le choisissez entre les deux autres. Attention ! Tous les verbes ne vont pas forcément bouger.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.