Zêdess, antisarkozisme au piment burkinabè

«Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie?». La question, quelque peu brutale, se décline sur une langoureuse mélodie reggae.

«Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie?». La question, quelque peu brutale, se décline sur une langoureuse mélodie reggae. La chanson, «un Hongrois chez les Gaulois», offerte sur le Net par le chanteur burkinabè Zêdess, dénonce, dès février 2007, le programme d’immigration choisie du candidat -issu de l’immigration- Nicolas Sarkozy.

L'antisarkozisme burkinabè L'antisarkozisme burkinabè

Le titre sample des extraits de déclarations de l’ancien ministre de l’Intérieur et tranche dans le vif : «C'est l'histoire d'un fils d'Hongrois / Qui veut se faire couronner chez les Gaulois / Finie l'époque du négro musclé, belles dents / Aujourd'hui il veut du noir diplômé, intelligent». Installé tout de même dans l’espace Schengen - en Belgique – Seydou Zongo, le vrai nom de Zêdess, dénonce le comportement amnésique d’un «descendant d'immigré subi».
Sur le Net, le buzz est immédiat. Le site de Zêdess est pris d’assaut, chaque jour, par plus de 4000 internautes. La bande passante “explose” et la webpage doit momentanément fermer, suscitant des rumeurs de censure. Des médias français s’intéressent au chanteur burkinabè. A quelques semaines du premier tour de la présidentielle française, il chante au Gymnase Japy, dans le cadre du festival des étudiants contre le racisme, parrainé par Lilian Thuram.
Le 17 avril 2007, sur la chaîne TV5, Nicolas Sarkozy est confronté au clip de son détracteur. Après avoir évoqué l’idée de rencontrer le reggaeman, le candidat de l’UMP tente de noyer le poisson en parlant du Burkina qu’il connaît pourtant si peu. Il évoque la joie de vivre de ces gens «qui n’ont rien». Par ces propos “affectueux”, les Burkinabè se sentiront… insultés.
Au premier tour de la présidentielle, Ségolène Royal arrive en tête du vote des Français du Burkina Faso, avec 41,35% des suffrages exprimés (471 voix) contre 27,39% (312 voix) pour Nicolas Sarkozy.
Sarko élu, Zêdess remet le couvert. Opportunisme musical ou suite dans les idées ? Toujours est-il que Sarkozy a donné, dans son tristement fameux discours dakarois du 26 juillet 2007, le fouet pour se faire battre. Zêdess écrit le titre «Pourquoi la leçon doit-elle venir du Nord ?» où il fait rimer «Sarko» avec «Diallo» (nom de famille Peul très répandu en Afrique de l’Ouest). Comme dans un slam, la voix du président français s’insinue à nouveau entre les riffs reggae. Elle martèle: dans l’imaginaire du paysan africain, «il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès». Le chant de Zêdess répond: «Qui du paysan africain ou du paysan français est un assisté / Celui qui guette la pluie ou celui qui est subventionné ?».
Mars 2009. Le taquin Zêdess est en studio à Ouagadougou pour les premiers jets de son prochain album. Sarko y sera-t-il en “featuring” ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.