Jérôme Triaud
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Carnets d'Europe

Suivi par 36 abonnés

Billet de blog 3 mai 2009

Stefan Zweig, l'amour passionné de l'Europe unie

On ne saurait trop remercier la rédaction du Magazine littéraire d'avoir cnsacré son dernier dossier à l'écrivain austrichien, Stefan Zweig (1882-1942). Ce qui a retenu mon attention, ce sont évidemment les extraits de la conférence prononcée par Zweig à Florence en 1932 dont le titre est : La pensée européenne dans son développement historique.

Jérôme Triaud
Directeur de la Lecture publique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On ne saurait trop remercier la rédaction du Magazine littéraire d'avoir cnsacré son dernier dossier à l'écrivain austrichien, Stefan Zweig (1882-1942). Ce qui a retenu mon attention, ce sont évidemment les extraits de la conférence prononcée par Zweig à Florence en 1932 dont le titre est : La pensée européenne dans son développement historique.

L'Europe, une communauté passionnée

Le sujet de cette conférence est celui de l'unité de l'Europe, envisagée comme une "communauté passionnée", selon les propres mots de Zweig. Le développement de cette unité prend son essor, selon un schéma désormais traditionnel, avec la structuration de l'Empire romain. Ici, Zweig affirme que la domination des Romains s'entend comme "[...] domination non comme but en soit, mais comme organisation intelligente du monde [...]". Le droit romain est évidemment l'incarnation et le moyen de cette domination.

L'époque féodale, qui suit la chute de l'Empire romain, n'entame en rien la conviction supérieure d'une unité possible de l'Europe. C'est, d'après Zweig, l'église catholique et romaine qui reprend le flambeau de cette idée d'unité.

Troisième temps de ce développement historique, l'époque de la Renaissance, qui voit la constitution d'une République des savants, qui s'expriment en latin, malgré l'effervescence des jeunes langues vernaculaires nationales. Cette idée d'unité européenne vit un moment douloureux, du fait, notamment, des guerres de religion.

Pour Zweig, cette idée d'unité va ressurgir avec un grand poète : Goethe. Entre-temps, la Révolution française et les guerres napoléoniennes auront semé la discorde parmi les peuples européens, partagés en nations. Goethe donc, pour qui le monde allemand était bien trop petit, pour qui seule la dimension européenne était à la mesure de son génie.

Et puis, la denière partie du XIXè siècle a vu surgir cette idée d' "Etats-Unis d'Europe", formule qui fait écho aux plaidoyers pour une Europe unie du poète belge Emile Verhaeren (1855-1916). On voit combien cette expression est la résultante d'une volonté de ne pas abdiquer la prépondérance mondiale aux Etats-Unis, au moment où ceux-ci s'affirment pleinement sur la scène internationale -leur victiore face à l'Espagne à Cuba en 1898 est un signe avant-coureur de leur puissance assumée après 1917.

Il faut relire Zweig, non pas simplement pour la finesse de son analyse, mais aussi et surtout pour sa résolution à faire advenir cette Europe unie. Je termine par une courte citation tirée de ce texte :

"[...] une vraie conviction n'a pas besoin d'être confirmée par la réalité pour se savoir juste et vraie."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal
Des livreurs sans papiers accusent Amazon d’avoir fermé les yeux sur leur situation
Employés à Rouen d’octobre 2021 à février 2022, sept travailleurs venus d’Afrique reprochent au géant du numérique d’avoir laissé une entreprise sous-traitante abuser de leur situation, les faisant travailler intensément sans les payer de ce qui leur était dû.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli