Billet de blog 1 janv. 2014

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

« Une loi sera votée », nouvelle preuve de la dérive présidentialiste

Dans les quelques douze minutes de son intervention télévisée du 31 décembre 2013, l’actuel président de la République a fait une utilisation de la langue qui est extrêmement révélatrice non seulement des intentions qui l’animent, mais aussi du système présidentiel dans lequel il s’épanouit avec tant de bonheur.

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les quelques douze minutes de son intervention télévisée du 31 décembre 2013, l’actuel président de la République a fait une utilisation de la langue qui est extrêmement révélatrice non seulement des intentions qui l’animent, mais aussi du système présidentiel dans lequel il s’épanouit avec tant de bonheur. A plusieurs reprises il a utilisé la première personne du singulier  — à travers des fermes et presque martiaux « Je veux… » — qui le relègue définitivement au rang de son agité de prédécesseur immédiat, mais aussi de tous les autres. La campagne présidentielle nous avait, en quelque sorte, prévenus que la fonction de monarque républicain lui irait comme un gant, par le biais de la désormais célèbre anaphore « Moi président, je… ». Maintenant c’est « Je veux… ». En d’autres termes le monarque, dans son immense bonté, informe le bon peuple de ses intentions. Mais il y a beaucoup plus grave dans cette allocution rituelle.

Evoquant les deux élections, municipales et européennes, qui se profilent à l’horizon du printemps 2014, le susnommé a dit en parlant des conseils régionaux : «  Une nouvelle loi de décentralisation leur accordera plus de responsabilités… ». Ce que le service de presse de l’Elysée s’est empressé de simplifier en une formule encore plus lapidaire et plus inquiétante « Une loi sera votée ». Vous avez bien lu, le président de la République annonce qu’une loi sera votée par le parlement, avant même que le même parlement ne soit saisi, réuni et n’ait eu le temps de débattre de façon démocratique et transparente. Pour François Hollande, comme c’était le cas pour tous ses prédécesseurs, l’assemblée nationale n’est qu’une chambre d’enregistrement qui se plie au bon vouloir des décisions du monarque.

Cependant, dans la pourtant très contestable constitution française du 4 octobre 1958, et, plus particulièrement dans le titre V, Des rapports entre le parlement et le gouvernement, l’article 39 précise « L’initiative des lois appartient concurremment au Premier Ministre et aux membres du Parlement. » Donc nulle part dans cette même constitution il est dit que le président de la République décide des lois et encore moins de l’issue du vote consécutif à l’examen d’une loi, mais l’habitude de voir une majorité parlementaire aux ordres du président élu est telle que ce type de formulation ne suscite même plus l’indignation élémentaire qu’elle devrait engendrer immédiatement. Une fois encore, par le biais d’une petite phrase, la preuve est faite que, pour restaurer la démocratie, il est plus qu’urgent de laisser aux oubliettes de l’histoire un système qui privilégie le pouvoir personnel au détriment du pouvoir collectif et qui conforte le mythe de l’homme providentiel.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa