Billet de blog 27 juin 2015

De l'usage impropre de "chafouin"

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les jeunes journalistes de radio et de télévision ont décidément une fâcheuse tendance à tordre le cou au sens initial de certains mots de la langue française, peut-être par snobisme, très certainement par inculture, et à en inventer d’autres. L’auteur de ces quelques lignes a déjà dénoncé dans cette édition la confusion, fréquente sur les chaînes d’information en continu, entresigle et acronyme, ainsi que l’utilisation impropre du vocable éponyme, sans oublier le recours pesant et répétitif aux métaphores et métonymies que personne n’utilise dans le langage courant. Les mêmes tristes petits perroquets du PAF ont, cette fois, enregistré le renfort des commentateurs de football de Canal+, insupportables bébés hurleurs qui confondent décibels et compétence.

Ces derniers se sont lancés dans une banalisation totalement inappropriée de l’adjectif chafouin. Ainsi, deux d’entre eux,  commentant à la fin du mois de mai une rencontre de Premier League, ont lourdement plaisanté sur un joueur de Southampton, qui avait « l’air chafouin » parce qu’il était sur le banc des remplaçants et non pas sur le terrain comme titulaire. Ils voulaient dire que le joueur en question était renfrogné, maussade, grognon ou boudeur, et il ne serait pas inutile que la chaîne pré-citée leur offre un Grévisse, un Hanse ou tout simplement un Robert pour leur éviter d’autres erreurs. 

En effet, chafouin est un adjectif qui, depuis le Littré jusqu’au TILF en passant par le Grand Robert a toujours le même sens, un seul et unique, à savoir :

a) substantif, Personne petite, fluette et à la mine sournoise, comme une fouine  (« Le Censeur, le chafouin, la face subitement maigrie et jaunie, les yeux fureteurs enregistrait les délits, pointait les coupables ». Arnoux, Algorithme, 1948, p-47) ;

b) en parlant du visage, de la physionomie, Sournois, rusé (« Les visages, qui se détournaient à demi pour nous examiner, sont si minces, si effilés, si chafouins, avec de si petits yeux sournois et larmoyants, sous des retombées de paupières mortes! » Loti, Jérusalem, 1895, p-123).

Et il n’y a pas d’autre sens. Comme on serait tenté de le dire sur cette même chaîne en clair, faut quand même pas décoder !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou