Billet de blog 16 sept. 2012

Qui a peur du commissaire Benjamin Stora ?

Roger Evano
ex-ébéniste, auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parti pris

Qui a peur du commissaire Benjamin Stora ?

--------------------------------------------------

Cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie, cent ans après la naissance d’Albert Camus, la mémoire coloniale n’est pas apaisée.

 Alors que l’anniversaire des accords d’Evian n’a pas été l’occasion d’un retour sur l’histoire de la guerre d’Algérie, avec une parole croisée des deux côtés de la méditerranée, que les manifestations commémoratives furent discrètes et que la Mairie d’Aix-en-Provence annula au dernier moment une série de rencontres prévues de longue date, un pas de plus dans l’autisme de certains a été franchi avec  l’éviction de Benjamin Stora de sa responsabilité de commissaire de l’exposition prévue fin 2013 pour le centenaire de la naissance d’Albert Camus.

Benjamin Stora © 

« Trop orienté » aurait dit Maryse Joissains , maire d’Aix-en-Provence, sur le projet présenté par Benjamin Stora. Catherine Camus , la fille du prix Nobel, a avancé pour justifier sa rupture avec l’historien, que la demande du fonds d’archives serait arrivée tardivement et sans « axe de direction ». Exit donc la seule exposition en France prévue depuis trois ans, pour cet anniversaire. Elle devait être l’exposition phare parmi les manifestations organisées dans le cadre de Marseille capitale européenne de la culture en 2013.

Le remplacement de B. Stora par Michel Onfray semble avoir levé toutes les difficultés pour Catherine Camus. : « J’ai rencontré M. Onfray et j’ai fait en sorte que le travail d’Albert Camus soit à sa disposition » (La Provence 16/09/12). Maryse Joissains qui avait manifesté des réticences à la responsabilité de Benjamin Stora soutient la nomination de M.Onfray, son remplaçant annoncé : « Si Marseille Provence 13 (coorganisateur de l’exposition d’Aix) ne soutient pas M.Onfray, je passerai à la vitesse supérieure ! Car ce serait un acte de censure digne des régimes soviétiques » (Le Monde 15/09/12). Avec ses obsessions habituelles, la maire veut bien que l’on parle d’Albert Camus mais le moins possible du passé colonial de la France en Algérie et surtout pas sous la responsabilité d’ un historien mondialement connu du maghreb. Elle a annulé, au moment du cinquantième anniversaire des accords d’Evian (19 mars 1962) la série de manifestations culturelles, conférences, expositions, films que différentes associations avaient programmée. Au même moment elle participait au théâtre de la ville à une manifestation d’organisations de « Français d’Algérie ». Ses choix politiques sont clairs. Elle dit partager les valeurs essentielles du F.N. tout en faisant partie de l’aile populiste de l’UMP. Proposition a été faite de nommer une rue d’Aix du nom de Bastien thiry*. Après les élections présidentielles du 6 mai elle a déclaré illégitime la victoire de F.Hollande et parlé du « traître »  de Gaulle signataire des accords mettant fin à la guerre d’Algérie.

Qu’allait faire M.Onfray dans cette "pétaudière" ? Jean Daniel, admirateur du philosophe, considère que « Onfray n’aurait jamais dû profiter du mauvais coup qu’on vient de faire à l’historien du maghreb ». Car en plus de devenir le champion de la maire d’Aix, M.Onfray est devenu, malgré lui, celui de l’Adimad, association pour la défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus de l’Algérie française. Son président J.F.Collin déclare : « Qu’on ait pu choisir B.Stora pour l’organiser (l’exposition A.C.) c’est une aberration ». Onfray lui semble un « homme plus mesuré » (Le Monde id.), et il ajoute que « B.Stora , cet israélite de Constantine, historien autoproclamé de la guerre d’Algérie et qui soutient les thèses du FLN est vomi par la communauté des Français d’Algérie » (Le Monde id.). Son vocabulaire, celui de l’extrême droite, montre bien que B.Stora dont la recherche et le discours prônent le dialogue entre les protagonistes d’hier, cadre mal avec les haines entretenues et ressassées des nostalgiques coloniaux. Il est cependant en accord avec l’esprit d’Albert Camus.

Quelle est la vision de M.Onfray ?  Il n’y a pas de raison de penser qu’elle aurait été différente , ni même qu’elle aurait satisfait ses défenseurs d’aujourd’hui. Ce que je pense c’est qu’il ne pouvait pas, si ce n’est  en renonçant à ce que je connais de ses positions antérieures, prendre la place de B.Stora dans les conditions actuelles. Je suis donc satisfait qu’il renonce à devenir le commissaire de l’exposition consacrée à A.Camus, même si ce renoncement apparaît tardif et dans les motivations , confus.

Roger Evano

*Jean Bastien Thiry : né le 19 octobre 1927 à Lunéville, fusillé le 11 mars 1963 au Fort d'Ivry, était un ingénieur militaire français, lieutenant-colonel de l'armée de l'air, connu pour avoir organisé et dirigé l'attentat du Petit-Clamart, le 22 août 1962, dans le but d'assassiner Charles de Gaulle, président de la république.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement