laurentey
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Cerises, la coopérative

Suivi par 62 abonnés

Billet de blog 3 mai 2021

[Editorial] Le levain démocratique de la jeunesse asiatique

Et pourtant les dirigeants chinois le savaient. En 1989, pendant près de 20 jours, la jeunesse estudiantine saisie d’une fièvre démocratique avait défié la bureaucratie. Isolée des autres couches sociales du pays notamment du salariat et de la paysannerie, son massacre avait conclu cette parenthèse démocratique.

laurentey
comédien, membre du comité de rédaction de cerises
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cependant, le choc fut si rude pour les bureaucrates chinois qu’ils s’étaient divisés sur la façon de régler le problème « jeune ».

Trente ans plus tard, en 2014, entre tournesols taïwanais et parapluies hongkongais, la jeunesse asiatique défie de nouveau la Chine et occupent l’espace public pendant plusieurs semaines. À Hong Kong, avec le mouvement des parapluies et à Taïwan où la jeunesse se mobilise contre un traité de libre-échange entre Taïwan et la Chine. Le parlement est occupé par des étudiant·es pendant deux semaines. L’accord sera suspendu. On relève déjà dans ces mouvements certaines constantes : une participation majoritaire de jeunes de moins de trente ans ; le rôle clé des réseaux sociaux dans la mobilisation ainsi que l’occupation non-violente de l’espace public qui met en avant la désobéissance civile. Même si l’affrontement avec la police est assumé lorsque l’État agresse le mouvement social comme lors des mobilisations à Hong Kong en 2019 contre le projet de la loi sur l’extradition. Ce dernier mouvement vient de connaître une sévère défaite, mais pour l’essentiel, même si certain.e.s de ses cadres ont été arrêté·es, il conserve ses potentialités, un rebond est possible.

De nouveau aux avant-postes de la résistance démocratique, on retrouve la jeunesse dans la résistance au Myanmar contre la junte militaire. Là aussi, les réseaux sociaux organisent la désobéissance civile, les référents culturels unifient (trois doigts levés, en référence à la série américaine Hunger Games, sont devenus le signe de ralliement contre la junte), l’auto-organisation est un principe d’action (à Hong Kong ce sont des cliniques clandestines qui avaient été installées en 2019 pour soigner les manifestant·es blessé·es, et qui offraient même des soins par acupuncture).

L’arc des mobilisations de la jeunesse asiatique s’étend par exemple à l’Inde (en février dernier, l’inflexible gouvernement Modi a dû relâcher, sous la pression, la militante pour le climat Disha Ravi, 22 ans, qui avait exprimé son soutien aux paysan·nes sur les réseaux sociaux).

Le levain démocratique de la jeunesse asiatique nous réserve de nombreuses surprises.

Patrick Le Tréhondat

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart