laurentey
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Cerises, la coopérative

Suivi par 62 abonnés

Billet de blog 12 avr. 2019

One, two, three viva l’Algeria

Cette expression prend ses racines à l’époque de la décolonisation. Ces paroles depuis ont été reprises dans les stades de foot hauts lieux de la contestation contre le « système » depuis des années. Et on les a encore entendus lors des manifestations des vendredi reprises par des milliers de manifestant-e-s.

laurentey
comédien, membre du comité de rédaction de cerises
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce vendredi 4 avril pour la septième semaine d’affilée le peuple algérien s’est mobilisé pour réclamer le départ de l’ensemble des dirigeants et pas seulement de Bouteflika et la fin du « système » qui gouverne le pays dans la plus grande opacité autour de la famille du Président, de l’état-major de l’Armée et de certains cercles patronaux. Depuis quelques jours les défections se sont multipliées de la part de piliers du « système » les partis à la tête du pays FLN et RCD et la direction du syndicat UGTA et signe avant-coureur l’ancien patron des patrons a été arrêté alors qu’il tentait de passer en Tunisie.

Au moment où ces lignes sont écrites rien n’est encore joué mais l’histoire s’accélère. Auto-organisation, refus de la représentation, volonté de prendre directement ses affaires en mains, ce sont là des éléments qui émergent comme dans le mouvement des places et les révolutions des années précédentes.

Bouteflika a démissionné sous la sommation du général Gaid Salah et du haut état-major, qui au moment le plus opportun ont compris qu’il fallait se dissocier du Président et avant eux et surtout, du peuple. Cependant le départ de celui-ci n’a jamais été une fin en soi, mais une étape vers la construction d’une véritable démocratie. Le schéma d’une transition conduite par une partie du « système » – les militaires – pourrait-t-il être accepté par les Algériens ? Rien n’est moins sûrPour beaucoup il faut que s’ouvre un processus démocratique constituant, ce qui ne peut se faire qu’après le départ de la totalité des tenants de l’actuel « système ».

Comme en écho à ce qui pouvait être entendu début 2011 dans les rues du Caire et de Tunis résonnent à nouveau des « Dégagez » et un formidable espoir révolutionnaire est en cours. Pour l’Algérie bien sûr mais aussi pour les autres peuples de la région. Malgré leurs écrasements en Syrie et en Egypte les révolutions arabes ne sont pas mortes, ce qui se passe en Algérie montre qu’il s’agit de processus longs avec des hauts et des bas et que l’histoire n’est pas finie.

Henri Merme

Esprit de suite du numéro 4 de cerises, la coopérative :

Le numéro 4 (pdf, 730.3 kB)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema