laurentey
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Cerises, la coopérative

Suivi par 62 abonnés

Billet de blog 21 janv. 2019

éditorial #1: Les petites communes passent au jaune.

Janvier 2018, maire d'une petite commune, 500 habitants, la gazette locale l'interroge : "quels faits marquant pour 2017? les premiers six mois du gouvernement sont-ils satisfaisants ?".

laurentey
comédien, membre du comité de rédaction de cerises
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le maire évoque alors « l'enlisement de tous les partis politiques, leur effacement et l'émergence d'un nouveau parti : En Marche, valable au niveau mondial ! Quant aux 6 mois, c'était trop tôt pour juger. Janvier 2019, même maire même gazette : exit l'a priori favorable !

En mairie, il a ouvert une urne à doléances : « la base n'est pas écoutée, la base en a marre de toujours payer. Au début, c'est la taxe sur les carburants qui a fait déborder le vase. Ici tout le monde est obligé de prendre sa voiture pour aller travailler. Il n'y a pas de transport. La plupart des gens d'ici travaillent en usine. Ils ne peuvent pas changer de voiture tous les ans, alors la voiture propre… ».

Je vois dit-il « les gilets jaunes comme un soulèvement de la base. J'ai installé cette urne parce qu’on n'en est plus au seul carburant, il y en a marre. Prenons la taxe d'habitation, sa suppression est une faute, [...] je n'ai pas d'illusions un jour ou l'autre on ne touchera plus les dividendes promis par le gouvernement, et les communes devront mettre en place un nouvel impôt pour faire face. Les doléances c'est pour montrer qu'on a quelque chose à revendiquer. Il y a tous les gens concernés par les petites retraites, les petits salaires, les taxes en tout genre, le manque de personnel dans les hôpitaux, etc. Tout le monde se plaint et puis, l'urne c’est pour que les gens écrivent, [...] Il faudra des réunions à la base en mairie pour que les gens puissent dire et porter leurs revendications, un tirage au sort pour en discuter c'est insupportable. Il faut que les gens qui ont des revendications puissent les formuler et les porter eux-mêmes ».

Enfin, interrogé quant à la connotation cahier de doléances et révolution française, le maire a cette belle réponse : « Ce n'est pas encore la révolution mais ça y ressemble un peu. Malgré les casseurs il y a un malaise de fond qui n'a rien à voir avec 68. Là c'est le peuple qui se soulève. Et les femmes : maintenant ce ne sont plus seulement les hommes qui sont dans la rue, elles sont déterminées à faire céder le gouvernement. D'ailleurs maintenant que le président a commencé à lâcher un peu il devra lâcher sur tout, il sera obligé de faire des concessions, les gens sont exaspérés ».

Le maire l’ignore probablement, mais les militants alternatifs ont longuement instruit la visée auto-gestionnaire de l’action populaire émancipée du système représentatif, la question est à présent dans la rue.

Catherine Destom-Bottin

Article paru dans le Numéro 1 de Cerises, la coopérative

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema