Billet de blog 1 juin 2022

Cannes 2022, Quinzaine des Réalisateurs : "Un varón" de Fabián Hernández

Dans un foyer à Bogotá, le jeune Carlos tente de trouver sa place alors que la violence dans la rue le pousse à jouer les machos pour survivre et alors que sa famille est divisée avec sa mère incarcérée et sa grande sœur qui s'efforce de survivre.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Festival de Cannes 2022, sélection Quinzaine des Réalisateurs : Un varón de Fabián Hernández

Le patriarcat et la pandémie de violence des rues touchant les jeunes hommes dès leur plus jeune âge à Bogotá est appréhendé dans ce premier long métrage du scénariste et réalisateur Fabián Hernández sous l'angle de la contrainte, de la destruction lente et de la survie. Alors que le jeune Carlos rêve de trouver un foyer familial, la fatalité semble lui tomber dessus. Il s'en suit une longue errance et une profonde solitude à un âge où son identité se précise comme affirmation à l'autre. Il n'a plus dès lors d'autre opportunité que de trouver un groupe de protection dans une fraternité masculine dans l'exercice criminel.

"Un varón" de Fabián Hernández © Destiny Films

Le protagoniste est un jeune homme à peine sorti d'une certaine innocence de l'enfance et immédiatement confronté à des codes où la masculinité est exacerbée aussi violemment que fébrilement qu'une arme à feu. Cette destinée que l'on imagine être celle de nombreux autres jeunes Colombiens est porté par le jeune protagoniste avec pudeur et sobriété dans une réalité documentaire qui offre peu d'alternatives.

La tragédie sociale est ici contrebalancée par une représentation toute en dignité des personnages et la construction d'une image extrêmement soignée par Sofia Oggioni qui a contribué à offrir les plus belles images du cinéma colombien de cette dernière décennie avec La Barra (El Vuelco del cancrejo, 2009, Óscar Ruiz Navia), La Sirga (William Vega, 2012), Los Silencios (Beatriz Seigner, 2018), Niña errante (Rubén Mendoza, 2018) mais aussi au Mexique avec Selva trágica (2020, Yulene Olaizola) pour ne citer que quelques films notables parmi sa filmographie.

Un film sobre et d'une grande efficacité dans son regard sur une jeunesse actuelle en Colombie.

Un varón
de Fabián Hernández
Fiction
81 minutes. Colombie, France, Pays-Bas, Allemagne, 201x.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Felipe Ramirez (Carlos)
Scénario : Fabián Hernández
Images : Sofía Oggioni
Montage : Nicolás Demasion
Musique : Mike & Fabien Kourtzer
Son : Isabel Torres, Jean-Guy Véran
Décors : Juan David Bernal
Production : Medio de Contención Producciones
Coproduction : In Vivo Films (France), Fortuna Films (Pays-Bas), Black Forest Films Gmbh (Allemagne)
Productucteur.rices : Louise Bellicaud, Claire Charles-Gervais, Christoph Hahnheiser, Josune Hahnheiser, Ilse Hughan, Manuel Ruiz Montealegre
Producteur associé : Hector Ulloque Franco
Distributeur (France) : Destiny Films
ventes internationales : Cercamon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel