Billet de blog 2 juin 2022

« Clara sola » de Nathalie Álvarez Mesén

Dans une maison retirée près d'une forêt au Costa Rica, Clara, quarantenaire, vit avec sa famille qui voit en elle un être en marge capable de dialoguer avec la Vierge Marie et réaliser des miracles. Elle subit en même temps de la part de sa mère une répression religieuse très forte jusque dans son intimité.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie nationale (France) du 1er juin 2022 : Clara sola de Nathalie Álvarez Mesén

Révélé pour la première fois au festival de Cannes au sein de la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs en 2021, Clara sola, premier long métrage de Nathalie Álvarez Mesén, s'inscrit dans un cinéma qui s'enracine localement avec des branches qui s'étendent vers des références universelles. Ainsi, le fait de situer le récit loin de la société costaricaine invite au récit métaphorique où le conservatisme religieux conduit à une intense répression contre les femmes au plus profond de leur corps qui en garde les stigmates. Il n'est pas anodin de savoir que le Costa Rica n'est pas un pays laïc et le catholicisme en est la religion officielle. Pour autant, ce n'est pas une radiographie de la société costaricaine qui est ici à l'œuvre mais plutôt une réflexion atemporelle et sans territoire spécifique pour évoquer la répression exercée contre les femmes.

"Clara sola" de Nathalie Álvarez Mesén © Épicentre Films

L'intrigue construite sur un scénario de la suédo-costaricaine Nathalie Álvarez Mesen et de la colombienne Maria Camila Arias (cf. sa participation aux scénarios de Candelaria de Jhonny Hendrix, Les Oiseaux de passage de Cristina Gallego et Ciro Guerra ainsi qu'Amores modernos de Matias Meyer) possède intrinsèquement une dimension qui dépasse le Costa Rica et reprend la structure de récit de Carrie de Brian De Palma adapté du roman de Stephen King, avec une répression religieuse très forte autour des interdits sexuels d'une jeune femme qui possède des pouvoirs miraculeux. Cependant, la dimension fantastique n'est pas explorée et encore moins l'horreur du roman original. En revanche, on retrouve bien ce cheminement d'une jeune femme marginalisée qui va peu à peu s'émanciper en découvrant sa propre sexualité et son rapport aux hommes.

Du milieu urbain de De Palma, on passe à un milieu où la nature est extrêmement présente à tel point que la protagoniste trouve une communion entière symbolisée à la fois par la sensualité de la mise en scène et l'envoûtante manière de filmer de la directrice de la photographie Sophie Winqvist (cf. l'image de Ouaga Girls de Theresa Traoré Dahlberg). La nature dans sa spontanéité élégiaque devient une ressource pour le personnage éponyme Clara de se ressourcer autant que de s'émanciper, pour au final découvrir sa véritable nature féminine qui lui avait été volée par le dogme figé du catholicisme.

L'interprète principale est une danseuse dont les mouvements dessinent avec subtilité le cheminement d'un être éprouvé par son entourage qui finit par révéler une figure de l'écoféminisme dans sa dimension émancipatrice. Un conte sensoriel féministe à la force cinématographique inspirée.

Clara sola
de Nathalie Álvarez Mesén
Fiction
106 minutes. Costa Rica, Suède, Belgique, Allemagne, USA, 2021.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Wendy Chinchilla Araya (Clara), Daniel Castañeda Rincón (Santiago), Ana Julia Porras Espinoza (Maria), Flor María Vargas Chaves (Fresia)
Scénario : Maria Camila Arias, Nathalie Álvarez Mesen
Images : Sophie Winqvist Loggins
Montage : Marie-Hélène Dozo
Musique : Ruben De Gheselle
Son : Erick Vargas Williams, Valène Leroy, Charles De Ville, Aline Gavroy
Décors : Amparo Baeza
Production : Hobab (Suède)
Coproduction : Pacífica Grey (Costa Rica), Need Productions (Belgique), Laïdak Films (Allemagne), Resolve Media (USA)
Producteurs : Nima Yousefi, Alan McConnell
Producteur associé : Peter Krupenin
Coproducteurs : Marcelo Quesada Mena, Karina Avellan Troz, Ivan Zuber, Ivanna Kozak, Antoine Liétout, Géraldine Sprimont, Anne-Laure Guégan, Lisa Widén
Distributeur (France) : Épicentre Films
Ventes internationales : Luxbox
Contacts :
Production
Ventes à l’étranger
Luxbox
6 rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris – France
T : +33 6 58 82 25 20
festivals@luxboxfilms.com
www.luxboxfilms.com

Distribution
Épicentre Films
55 rue de la Mare
75020 Paris – Frances
+33 1 43 49 03 03
daniel@epicentrefilms.com
www.epicentrefilms.com

Presse
Internationale
Premier
Annabel Hutton
+44 7710 199324
annabel.hutton@premiercomms.com
Paul Ockelford
+447904 855 604
paul.ockelford@premiercomms.com

France
Stanislas Baudry
+33 6 16 76 00 96
sbaudry@madefor.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT