Billet de blog 2 juil. 2021

"Jours d’automne" (Días de otoño) de Roberto Gavaldón

Luisa rejoint Mexico, la grande ville, après le décès de sa tante avec qui elle vivait à la campagne. Elle devient une employée talentueuse d’une pâtisserie dont le patron lui fait doucement les yeux doux. Cependant, Luisa rêve d’un mariage avec un homme qu’elle vient de rencontrer.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Jours d’automne" (Días de otoño) de Roberto Gavaldón © Les Films du Camélia

Festival International du film de La Rochelle 2021 : Jours d’automne de Roberto Gavaldón

Le festival de La Rochelle qui dédie chaque année une grande partie de sa programmation au cinéma de patrimoine, rend en 2021 hommage au cinéaste mexicain Roberto Gavaldón en 5 films en copies restaurées en attendant une diffusion officielle en salles prévue pour l’automne 2021. Contemporain des filmographies de Luis Buñuel et Emilio Fernández, entre autres figures qui ont contribué à l’âge d’or du cinéma mexicain, Roberto Gavaldón s’est illustré avec brio dans des mélodrames urbains baignés de film noir ainsi que dans un conte fantastique inoubliable (Macario, 1960). Son talent de conteur s’est la plupart du temps associé à l’ingénieuse composition de Gabriel Figueroa, le grand maître de la photographie du cinéma mexicain !

Dans Jours d’automne (Días de otoño) l’image du film est au service du récit mélodramatique avec des idées de génie comme le jeu de miroir dans la chambre de l’héroïne où la lumière est renvoyée dans tous les sens, traduisant avec force l’état de désarroi profond de Luisa. Car c’est bien Luisa qui est au centre de l’histoire à une époque où les films noirs de l’autre côté de la frontière, à Hollywood, sont la plupart du temps portés par des hommes. Il est ici question d’une innocente jeune femme venue de la campagne qui fantasme un modèle qui ferait d’elle une femme intégrée dans la société. Pour parvenir à ses fins, elle va cumuler plusieurs mensonges, s’inventant une vie rêvée pour mieux évacuer le drame de ses désirs bafoués. Si la morale catholique très forte à l’époque dans la société mexicaine n’est jamais remise ici frontalement en cause, le personnage de Luisa suit un long cheminement où elle est contrainte de mentir aux autres comme à elle-même avant de s’émanciper du modèle féminin vertueux, marié avec enfant. Ce mélodrame urbain décrit dans la grandiloquence des gestes des acteurs une société ankylosée où les femmes sont étouffées par le régime patriarcal. Roberto Gavaldón offre ici une quintessence du mélodrame mexicain dans cette peinture psychologique qui permet une parfaite connexion avec toute une époque passée.

Jours d’automne
Días de otoño
de Roberto Gavaldón
Fiction
95 minutes. Mexique, 1962.
Noir & Blanc
Langue originale : espagnol

Avec : Pina Pellicer (Luisa), Ignacio López Tarso (Albino), Adriana Roel (Alicia), Luis Lomelí (Carlos), Graciela Doring (une employée de la pâtisserie), Hortensia Santoveña (la doctoresse), Eva Calvo (une cliente de la pâtisserie), Guillermo Orea (le photographe), Enrique García Álvarez (le curé), Ricardo Fuentes (le dessinateur), Joaquín Roche hijo (Mario), Juan Antonio Edwards (le fils de Don Albino), Evangelina Elizondo (Rita), Lupe Carriles (une voisine), José Chávez (le chauffeur de taxi), Lidia Franco, Leonor Gómez, Concepción Martínez
Scénario : une adaptation de Julio Alejandro avec la collaboration d’Emilio Carballido d’après le roman Frustration de B. Traven
Images : Gabriel Figueroa
Montage : Gloria Schoemann
Musique : Raúl Lavista
Son : James L. Fields
Directeur artistique : Manuel Fontanals
Effets spéciaux : Juan Muñoz Ravelo
Maquillage : Armando Meyer
Coiffure : Esperanza Gómez
Scripte : Miguel Ángel Madrigal
Production : Clasa Films Mundiales
Producteur exécutif : Felipe Subervielle
Distributeur (France) : Les Films du Camélia

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé