Billet de blog 4 déc. 2021

La Havane 2021 : "Pacificado" de Paxton Winters

Morro dos Prazeres est une favela de Rio de Janeiro, où Tati, adolescente, voit arriver son père qu’elle n’a jamais connu et qui sort de prison. De grandes attentes sont fondées sur lui alors qu’il fut le chef de la favela 14 ans plus tôt.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Pacificado de Paxton Winters

Pour son second long métrage après Crude (2003) tourné en Turquie, le réalisateur et photojournaliste nord-américain Paxton Winters s’est à nouveau mis en immersion, en s’installant dans une favela pour saisir au mieux les enjeux et porter un récit dans lequel les habitants puissent se retrouver. Voici un nouveau portrait d’une favela autour de la relation entre une adolescente et son père, ce dernier redécouvrant son quartier. L’histoire empreinte plusieurs pistes avec un début centré sur le regard d’une jeune adolescente perdue dont la mère dealeuse n’est pas dans la plus grande affection à son égard. Dès lors, le retour de son père est une opportunité de se projeter dans de nouvelles perspectives, surtout comme une alternative à un horizon bouché.

"Pacificado" de Paxton Winters © DR

De la chronique sociale, le film évolue peu à peu vers une guerre de chefs dans la favela, où un homme en quête de paix et d’activités honnêtes est contraint à assumer des crimes. De ce point de vue, le scénario est un peu fragile puisqu’il oublie au passage la figure de l’adolescente et de ses problématiques, de même toute l’organisation sociale complexe de la favela dans le contexte de la « pacification » opérée par la police en amont du rendez-vous international des jeux olympiques de 2016 n’est guère politiquement questionné.

Le film n’en a pas moins remporté en 2019 la concha de oro du festival de San Sebastián en Espagne, ainsi que le prix de la meilleure interprétation décernée à Bukassa Kabengele dans le rôle Jaca et le prix de la meilleure photographie. Le film est en effet ample dans ce qu’il raconte mais manque son analyse sociale comme le portrait de l’adolescente. Le plus réussi est le portrait du père, au profit d’un film de genre : une lutte de pouvoir dans la favela avec un homme humble qui se bat pour sa famille qui devra s’imposer face au jeune truand dans une dramaturgie qui flirte avec celle du Parrain. Le film est néanmoins réalisé avec efficacité malgré quelques longueurs et quelques détours et se trouve soutenu à la production entre autres par le cinéaste Darren Aronofsky.

Pacificado
de Paxton Winters
Fiction
100 minutes. Brésil, USA, 2019.
Couleur
Langue originale : portugais

Avec : Bukassa Kabengele (Jaca), Cassia Gil (Tati), Débora Nascimento (Andrea), Léa Garcia (Dona Preta), Raphael Logan (Dudu), Jefferson Brasil (Juninho), Rayane Santos (Letícia), José Loreto (Nelson), Thiago Thomé (Tu Pac), Shirley Cruz (Karla), Rod Carvalho (Pico), Heinz Prellwitz (le conducteur), Murilo Sampaio (Jacaré), Raphael Teixeira (Luís), Jupy Azevedo (le vendeur de maté), Mariana Lewis
Scénario : Paxton Winters, Joseph Carter, Wellington Magalhaes
Images : Laura Merians Goncalves
Montage : Affonso Gonçalves, Aylin Tinel
1re assistante réalisatrice : Lili Faria
Décors : Ricardo Van Steen
Effets visuels : Claire Cuinier
Scripte : Eloá Amorim
Production : Muskat Filmed Properties, Reagent Media
Producteur.rice.s : Darren Aronofsky., Paula Linhares, Lisa Muskat, Marcos Tellechea 
Producteurs exécutifs : Fernando Loureiro, Noberto Pinheiro Jr., Giovana Refatti, Guilherme Martin Somlo
Producteur associé : Ricardo Montanha

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès