Billet de blog 5 févr. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Mubi : "El Perro que no calla" d’Ana Katz

Un jeune designer graphique se retrouve sans emploi, parce que son employeur ne veut pas de son chien dans son lieu de travail. Voici ce jeune homme errant sur les chemins de la vie au fil des opportunités.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie Mubi (France) du 14 juin 2021 : El Perro que no calla d’Ana Katz

Filmé en noir & blanc dans un rythme aussi doux que rapide dans ses ellipses, le nouveau film d’Ana Katz (Le Fiancée errante) offre une approche révolutionnaire d’une trajectoire de vie tout en se confiant sur un récit élémentaire d’une grande simplicité. Il y a un peu du cinéma de Kelly Reichardt dans cette approche et notamment de Wendy et Lucy, où l’errance d’un jeune personnage féminin prenait une nouvelle signification dramatique avec la perte de son chien.

"El Perro que no calla" d’Ana Katz © DR

La singularité du film d’Ana Katz est cette accélération du récit à plusieurs moments de la vie d’un jeune homme, le tout pouvant approcher une dizaine d’années. En outre, le protagoniste est globalement passif et se laisse entraîner par la vie comme un morceau de bois flottant sur l’eau. Au gré de ses rencontres, il deviendra père, réalisera différents emplois, s’attachera à différentes personnes mais sans jamais d’effusion dans la manifestation de ses émotions à l’instar de cette catastrophe qui arrive sur Terre et qui oblige les personnages à porter désormais une bulle pour se protéger de l’extérieur : toute ressemblance avec le covid et le masque tributaire n’est pas fortuit.

Ana Katz par ce choix de récit et sa tonalité inattendue construit un personnage principal singulier et attachant malgré le peu de dialogues qu’il offre et livre une réflexion sur la destinée humaine dans la société contemporaine associée à tous ses impondérables.

El Perro que no calla
d’Ana Katz
Fiction
73 minutes. Argentine, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Daniel Katz, Raquel Bank, Nicolás Levin, Valeria Lois, Marcos Montes  Elvira Onetto, Mirella Pascual, Carlos Portaluppi, Lide Uranga, Julieta Zylberberg
Scénario : Gonzalo Delgado, Ana Katz
Images : Gustavo Biazzi, Fernando Blanc, Marcelo Lavintman, Joaquín Neira, Guillermo Nieto
Montage : Andrés Tambornino
Musique : Nicolás Villamil
Sound design : Jesica Suárez
Décors : Mariela Rípodas
Assistant réalisateur : Gonzalo Bazillo
Costumes : Pilar Gonzalez
Production : Laura Cine, Oh My Gomez! Films
Producteurs : Laura Huberman, Pablo Ingercher,  Ana Katz, Ramiro Pavon
Distributeur (France) : Mubi

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste