Billet de blog 5 déc. 2021

La Havane 2021 : "El Prófugo" un film de Natalia Meta

Inés, traumatisée après un voyage avec son fiancé, trouve dans sa propre voix au fond de sa gorge un élément étranger. Est-elle habitée par un esprit fantastique ou bien son appréhension du réel serait-elle singulièrement troublée ?

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : El Prófugo de Natalia Meta

Aux frontières entre le fantastique et le portrait psychologique d’une femme traumatisée, El Prófugo de Natalia Meta flirte avec le cinéma paranoïaque de Roman Polanski, entre Le Locataire et Rosemary’s Baby. Si peu d’acteurs apparaissent devant la caméra, l’ensemble du film trouve pleinement son âme dans l’interprétation toujours vivifiante d’Erica Rivas (cf. la mariée déjantée des Nouveaux sauvages) qui ne cesse d’illuminer les films pour l’intensité de son regard comme d’un corps qui semble au bord de l’explosion. Il se trouve ici que le motif de l’adversité est viscéral, comme un fantôme qu’il faut exorciser. Face à elle, Nahuel Pérez Biscayart joue encore de la souplesse de son corps comme de son regard qui capte toute l’attention, dans une fascination véritablement hypnotique.

"El Prófugo" de Natalia Meta © DR

Avec quelques décors et un nombre limité d’interactions dialoguées, El Prófugo crée une odyssée paranoïaque dont la finalité est l’exorcisme d’une femme et par-là, l’émancipation d’une femme indépendante à l’égard des hommes comme de sa mère.

Le scénario mériterait plusieurs développements à partir de séquences inédites afin de faire avancer le récit et questionner sans cesse les problématiques du personnage principal dans de nouveaux chemins. Cela aurait permis de donner au film une véritable portée ambitieuse. Il n’en reste pas moins que les acteur.rice.s sont pleinement investi.e.s dans leurs rôles et que le plaisir se trouve aussi dans leur interprétation, ainsi que dans la direction artistique des décors mis en scène avec intelligence et subtilité par Natalia Meta.

El Prófugo
de Natalia Meta
Fiction
90 minutes. Argentine, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Erica Rivas (Inés), Nahuel Pérez Biscayart (Alberto), Daniel Hendler (Leopoldo), Agustín Rittano (Nelson), Guillermo Arengo (le maestro), Cecilia Roth (Marta)
Scénario : Natalia Meta et Leonel D'Agostino, d’après le roman El Mal menor de C.E. Feiling
Images : Bárbara Álvarez
Montage : Eliane Katz
Musique : Luciano Azzigotti
Son : Guido Berenblum
Design sonore : Guido Berenblum
Décors : Ailí Chen
Costumes : Mónica Toschi
Maquillage : Emma Miño
Assistants réalisateurs : Adriana Vior, Marcello Pozzo
Production : Barraca Producciones (Mexique), Infinity Hill (Argentine)
Producteurs : Benjamin Domenech, Santiago Gallelli, Matias Roveda, Natalia Meta, Fabiana Tiscornia
Coproducteurs : Lorena Villarreal, Axel Kuschevatzky, Julio Chavezmontes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica