Billet de blog 5 déc. 2021

La Havane 2021 : "Nosotros nunca moriremos" d’Eduardo Crespo

Dans le village de Crespo dans la région reculée d’Entre Rios en Argentine, le corps retrouvé sans vie d’un jeune homme conduit sa mère et son frère à tenter de comprendre ce qui s’est passé. Au fil de leurs rencontres, le disparu se raconte et reprend forme dans son histoire personnelle.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Nosotros nunca moriremos d’Eduardo Crespo

Eduardo Crespo et Santiago Loza sont deux cinéastes complices qui écrivent et produisent les films de l’un et de l’autre. Il est également chef opérateur sur les films des cinéastes dont il partage les valeurs et l’indépendance esthétique, comme Iván Fund, Maximiliano Schonfeld et naturellement Santiago Loza. Eduardo Crespo partage avec tous ces cinéastes l’éloge de la contemplation des paysages comme autant d’états d’âme de souffrances intérieures dans une volonté résolument antimélodramatique. Il retrouve d’ailleurs Romina Escobar qu’il avait filmée dans Breve historia del planeta verde (2019, Santiago Loza) et la place au centre du récit dans le rôle d’une mère contrainte à vivre le deuil de son fils. L’esthétique du film participe amplement de la mise en scène avec une photographie aux teintes semi-obscures aux verts délicats comme dans La Chambre verte (1978) de Truffaut qui portait également sur le deuil. L’image très inspirée du film est composée avec soin par Inés Duacastella qui s’est déjà singularisée avec Concierto para la batalla de El Tala (2021) de Mariano Llinás et encore Alejo Moguillansky (2019) d’Alejo Moguillansky et Las Vegas (2018) de Juan Villegas.

"Nosotros nunca moriremos" d’Eduardo Crespo © Rita Cine

Le récit se construit sur le principe que le deuil se vit autour des rencontres avec les proches d’un défunt qui ont tous une part de vécu de celui-ci. Dans la succession de ces rencontres, le défunt reprend dans une ambiance fantomatique qui semble traverser tous les personnages aux expressions laconiques. Peu d’empathie avec les personnages dans une mise en scène qui tourne résolument le dos au mélodrame traditionnel pour toucher du doigt à l’émotion du deuil.

Eduardo Crespo tourne ici dans son milieu natal et semble ainsi questionner sa plus profonde sensibilité avec des personnages sans prénom non individualisés qui représentent politiquement les oubliés d’une Argentine autocentrée sur sa capitale. Il résulte de cette expérience indépendante de récit une singulière et subtile introspection.

Nosotros nunca moriremos
d’Eduardo Crespo
Fiction
83 minutes. Argentine, 2021.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Romina Escobar (la mère), Rodrigo Santana (le fils), Jésica Frickel (la femme pompier), Giovanni Pelizzari (le collègue de travail), Brian Alba (le jeune homme décédé), Sebastián Santana
Scénario : Eduardo Crespo, Santiago Loza, Lionel Braverman
Images : Inés Duacastella
Montage : Lorena Moriconi
Musique : Diego Vainer
Assistant réalisateur : Lionel Braverman
Costumes : Victoria Luchino
Superviseur des effets visuels : Tomás Pernich
Production : Primera Casa, Rita Cine
Producteurs : Eduardo Crespo, Santiago Loza, Laura Mara Tablón
Productrice exécutive : Laura Mara Tablón
Vendeur international : The Open Reel (Italie)

Contacts :
Santiago Loza santiloza@gmail.com
RITA CINE
Laura Mara Tablón lautablon@gmail.com
Eduardo Crespo educrespo@gmail.com
PRIMERA CASA
Eduardo Crespo primeracasacine@gmail.com
Ventes inertnationales
THE OPEN REEL
undefinedinfo@theopenreel.it

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves