Billet de blog 6 nov. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

"Él" de Luis Buñuel

Francisco Galván de Montemayor, riche bourgeois et fervent religieux, s'éprend obsessionnellement d'une femme lors d'une messe. Il l'épouse et plonge dans une paranoïa doublée d'une jalousie maladive à son égard.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie nationale (France) du 2 novembre 2022 : Él de Luis Buñuel

Récemment restauré, l'un des chefs-d'œuvre de la période mexicaine florissante de Luis Buñuel est à nouveau accessible en salles depuis le 2 novembre 2022 grâce aux efforts passionnés du distributeur Les Films du Camélia. Précédemment sorti en France sous le titre Tourments, Él retrouve ici sa force initial par son titre original beaucoup plus explicite puisque l'on peut le traduire par « lui » qui traduit parfaitement l'objectif du regard entomologiste du cinéaste sur ce cas de figure masculin d'obsession maladive. Ce film permet à la fois de pointer du doigt les valeurs bourgeoises et catholiques comme des foyers hautement pathogènes. Tout commençait bien avec une image d'une sensualité érotique profonde avec une focalisation sur le pied d'une femme lors d'une cérémonie religieuse. Tous les interdits maladifs de la religion catholique de même que son inhérente misogynie devient ici le contexte pour la folie d'un homme de prendre toute son ampleur sans qu'à aucun moment personne ne le remette en cause dans la violence dont il fait preuve à l'égard de son épouse.

Él de Luis Buñuel © Les Films du Camélia

Sans pour autant développer un regard féministe, Luis Buñuel pose un regard précurseur sur les violences conjugales même s'il s'intéresse davantage au personnage de l'époux bourreau et victime de sa propre folie qu'à celui de l'épouse qui endosse dans un long chemin de croix une relation destructrice. Ce regard qu'il pose sur son personnage ne laisse rien échapper de toute la folie patriarcale en quête folle de patrimoines au fil de procès perdus d'avance et le film se révèle une critique judicieuse et sans concession de tout un corps social.

Il est de ce point de vue bien aidé par le scénario coécrit avec Luis Alcoriza d'après le roman autobiographique de Mercedes Pinto. Sans oublier les constructions de l'image du génial Gabriel Figueroa qui privilégie les profondeurs de champs avec une maestria qui n'appartient qu'à lui et qui traduisent la force de pression et de manipulation d'un homme sur tout l'espace mental d'une femme.

Él
de Luis Buñuel
Fiction
92 minutes. Mexique, 1953.
Noir & Blanc
Langue originale : espagnol

Avec : Arturo de Córdova (Francisco Galván de Montemayor), Delia Garcés (Gloria Milalta), Aurora Walker (Esperanza Peralta), Carlos Martínez Baena (le père Velasco), Manuel Dondé (Pablo), Rafael Banquells (Ricardo Luján), Fernando Casanova (Beltrán), Luis Beristáin (Raúl Conde), Roberto Meyer, José Pidal
Scénario : Luis Buñuel et Luis Alcoriza d'après le roman de Mercedes Pinto
Images : Gabriel Figueroa
Montage : Carlos Savage
Musique : Luis Hernández Bretón
Son : Jesús González Gancy
Assistant réalisateur : Ignacio Villareal
Coiffure : José Jurado
Maquillage : Armando Meyer
Décors : Edward Fitzgerald
Production : Producciones Tepeyac
Producteur : Óscar Dancigers
Distributeur (France) : Les Films du Camélia

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan