Billet de blog 7 déc. 2021

La Havane 2021 : "Dossier de ausencias" de Rolando Díaz

Une journaliste de République Dominicaine se lance dans une longue investigation sur le phénomène de la multiplication des adoptions et d’abandons d’enfants dans le pays en partant à la recherche de Moraima.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Dossier de ausencias de Rolando Díaz

Le réalisateur et scénariste cubain s’empare d’un sujet social proposé par le journaliste dominicain Alfonso Quiñones dont la personnalité se retrouve dans le personnage principal de la journaliste. C’est riche de son expérience de réalisation de noticieras (films documentaires d’information) pour l’ICAIC que Rolando Díaz a commencé à réaliser avant de s’intéresser au cinéma et à la fiction dans les années 1980.

"Dossier de ausencias" de Rolando Díaz © DR

Pour Dossier de ausencias il choisit ainsi naturellement la forme du docufiction à partir d’un personnage fictif qui rencontre des personnages et des situations réels. La fiction permet en outre d’entrer davantage dans la sensibilité de la journaliste qui est personnellement impliquée par la question sensible de l’adoption en République Dominicaine. L’enjeu du film consiste à témoigner de l’expérience vécue par les parents biologiques contraints à se séparer de leurs enfants alors que ceux-ci, une fois devenus adultes, développent un ressentiment qui semble incurable. C’est là une vraie question propre à ce pays puisque le nombre d’adoption dépasse ici les moyennes des autres pays.

Le film est réalisé avec sérieux et une vraie conscience des problématiques sociales mais trouve vite ses limites dans ses investigations qui ne sont pas assez poussées pour nourrir un scénario plus conséquent. L’image elle-même est belle, comme la sobriété des plans qui évitent l’excès du mélodrame avec un sujet qui pourtant s’y prête. Et l’idée d’associée le personnage principal de la journaliste telle une modeste fourmi perdue dans l’immense ville était une bonne idée pour rendre compte de la modeste démarche de celle-ci pour rendre compte d’un phénomène qui la dépasse. L'actrice dominicaine Judith Rodriguez Perez est dans ce rôle à nouveau très convaincante, à la fois dans son dynamisme et dans son énergie retenue tout en sobriété. Elle marque ainsi depuis plusieurs années les moments les plus marquants du cinéma dominicain avec ses rôles notamment dans Carpinteros (2017) de José María Cabral et Candela (2021) d'Andrés Farías parmi sa riche filmographie en moins de quinze ans.

Dossier de ausencias
de Rolando Díaz
Fiction
80 minutes. République Dominicaine, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Judith Rodriguez Perez (Elaine Pérez), Josefina Navarro, Moraima Laseter Guzmán, Pedro Trinidad, Nuria Piera, Victoria Pérez
Scénario : Rolando Díaz, Alfonso Quiñones 
Images : Julio César Rodríguez
Musique : Julian Fernandez
Producteur : Alfonso Quiñones

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz