Billet de blog 7 déc. 2021

La Havane 2021 : "Kokoloko" de Gerardo Naranjo

La passion impossible et destructrice entre Mundo et la jeune Marisol, violentée par son propre cousin, dans une petite ville côtière d’Oaxaca au Mexique.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Kokoloko de Gerardo Naranjo

Depuis le début des années 2000, Gerardo Naranjo a fait partie de la « nouvelle vague » du cinéma mexicain saluée par la critique internationale, notamment avec son Drama/mex (2006) présenté par la première à la Semaine de la Critique du festival de Cannes. Il est d’ailleurs revenu quelques années plus tard avec Miss Bala en sélection officielle d’Un Certain regard au festival de Cannes en 2011 avec l’acteur Noé Hernández dans un rôle mutique de personnage énigmatique et violent à l’égard d’une jeune Miss prise en étau dans la violence endémique des narcotrafiquants et de la corruption des fonctionnaires. Cette esthétisation de la violence l’a ensuite conduit à réaliser trois épisodes de la série Narcos en 2016.

"Kokoloko" de Gerardo Naranjo © Dinatron

Avec Kokoloko, il poursuit cette thématique de la violence endémique au cœur de la relation entre un homme joué à nouveau Noé Hernández et une jeune femme violentée de toutes parts. La folie du titre est omniprésente et pour singulariser ce contexte, Gerardo Naranjo réaffirme sa fascination pour l’expérimentation pour la Nouvelle Vague française très affirmée dans son premier long métrage, Drama/Mex ou encore Voy a explotar. Il fait alors le choix ici d’une pellicule argentique en 16 mm avec son grain, sa couleur, son format carré utilisés comme une révolte contre l’uniformisation du numérique dans un cri qui se veut aussi fort que le drame par lequel les personnages doivent passer.

Noé Hernández, acteur capable de mettre à rude épreuve son corps et dénonçant par celui-ci la violence patriarcale endémique au Mexique, incarne pleinement la folie mise en scène et s’offre totalement aux désirs de Gerardo Naranjo. Le souci est en revanche du côté du scénario qui est bien mince et ne se sert pas du tout le contexte sociopolitique d’Oaxaca pour faire surgir en hors-champ une considération politique forte. Les expérimentations de Gerardo Naranjo sont les bienvenues mais elles auraient gagné à créer un dialogue plus large avec la réalité contemporaine de la société civile au Mexique. Au lieu de cela, il reste un film qui ne laisse pas indifférent mais qui se complaît un peu trop dans la démonstration de sa propre folie, en s’enfermant dans un monde très masculin sans pour autant offrir une vraie place au point de vue du personnage féminin déconsidéré en cours de route.

Kokoloko
de Gerardo Naranjo
Fiction
106 minutes. Mexique, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Noé Hernández (Mundo), Alejandra Herrera (Marisol), Eduardo Mendizábal (Mauro)
Scénario : Gerardo Naranjo, Gabriel Garcia Nava
Images : Gerardo Naranjo, José Stempa
Montage : Gerardo Naranjo, Erick Rodríguez Alonso
Casting : Andrea Abbiati, Isabel Cortázar
Production : Dinatron
Producteurs : Gerardo Naranjo, Gabriel Garcia Nava
Coproducteurs : Santiago Cendejas, Christian Cornejo Ávila
Producteurs associés : Angelica Granada, Moris Paola Magaña Corona
Venets internationales : Match factory

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette