Billet de blog 8 oct. 2021

Biarritz 2021 : "Date una vuelta en el aire" un film de Cristián Sánchez

Dans un centre culturel, des personnes se croisent autour d’identités qui ne sont pas forcément les leurs. Sous une apparence de normalité, des phénomènes étranges se produisent, peut-être dus à un lieu de culte mapuche ancestral.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Date una vuelta en el aire" de Cristián Sánchez © Nómada Producciones

Film de la compétition long métrage fiction de la 30e édition du Festival Biarritz Amérique Latine 2021 : Date una vuelta en el aire de Cristián Sánchez

Les choix de programmation cette année du festival de Biarritz mettent en parallèle deux cinéastes qui ont commencé à réaliser dans les années 1970 en faisant émerger un cinéma iconoclaste qui refusait le naturalisme coutumier alors que leur pays respectif subissait une violente dictature. Ainsi, on trouve encore chez Júlio Bressane comme chez Cristián Sánchez, cet enracinement dans cette période qui les a vu naître en tant que cinéastes pour témoigner d’une mise en scène toujours moderne dans sa volonté d’émancipation cinématographique qui navigue dans la marge.

Les sources assumées d’inspiration de Cristián Sánchez sont Luis Buñuel et Raúl Ruiz, dans leur force de naviguer dans des eaux distinctes de la réalité immédiate. Ainsi, il suffit seulement aux personnages de Date una vuelta en el aire de disposer de mots de dialogue pour entrer dans un monde étrange, propre à la folie fictionnelle de chacun, se rêvant une histoire qui n’est pas toujours la sienne, comme si la fiction au cœur du film ne pouvait pas s’empêcher de s’assumer en tant que telle.

Les choix de mouvements et de cadrage de la caméra importent ici beaucoup moins que la force des dialogues qui entraînent le spectateur dans un tourbillon hallucinant. La façon de filmer est ainsi toujours minimaliste puisque les comédiens se contentent de jouer devant une caméra fixe avec un seul décor, comme aux débuts du cinéma muet qui peinait alors à s’affranchir de la mise en scène théâtrale. Ici, le dispositif choisit sert à prendre ses distances avec la grammaire mainstream du cinéma pour le déconstruire de l’intérieur. Il en découle un développement à la fois ludique et cérébral du jeu d’acteur comme source de fiction où l’inconscient, dans un cadre résolument surréaliste, surgit à tout moment dans des enjeux de pouvoir et d’attractions où l’érotisme surgit comme une force primordiale décomplexée.

Date una vuelta en el aire
de Cristián Sánchez
Fiction
78 minutes. Chili, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Rodrigo González Larrondo, Ana Zabala, Cristóbal Bascuñán, Bernabé Madrigal, José Ignacio Diez, Zacarías Del Río, Camila Leppe, Beatriz Carrillo, Daniel Perez, Juan Francisco Ramirez, Nathaly Rengel, Luciana Roversi, Belén Tejías
Scénario : Cristián Sánchez
Images : Andrés Jordán
Montage : Cristián Sánchez, Diego Soto
Musique : xx
Son : Alex Mora, Diego Soto
Directeurs artistiques : Cristián Sánchez, Cristóbal Baeza
Production : Nómada Producciones
Producteur : Rodrigo Muñoz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan