Billet de blog 8 déc. 2021

La Havane 2021 : "Breve miragem de sol" d'Eryk Rocha

Chaque nuit, Paulo parcourt les rues de Rio de Janeiro au volant de son taxi, pour payer la pension alimentaire de son fils qu’il ne voit plus depuis trois ans.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Breve miragem de sol d'Eryk Rocha

Alors que depuis deux décennies Eryk Rocha réalise de fascinants documentaires avec encore, dernier en date, Edna (2021), pour sa seconde plongée dans le cinéma de fiction (après Transeunte sorti en 2010) il signe un thriller psychologique d’une brillante maîtrise. Il reprend le principe qui a si bien fonctionné pour Martin Scorsese avec Taxi Driver (1976), comme pour Abbas Kiarostami avec Ten (2012) ou encore Jafar Panahi avec Taxi Téhéran (2015), pour s’approcher autant de la psychologie de son personnage que d’une certaine âme de Rio de Janeiro. Son dispositif de mise en scène consiste à s’approcher au plus près de son personnage principal de chauffeur de taxi avec de nombreux gros plans sur lui, rarement de manière intégrale à l’instar de son propre regard sur le reste de la ville, forcément fragmenté et dépendant de la vie nocturne.

"Breve miragem de sol" d'Eryk Rocha © VideoFilmes

L’appréhension du monde de cet homme est alors le résultat d’images fragmentées qu’il vit comme autant d’échanges limités dans le temps avec ses clients et sa sensation de toujours vouloir rester étranger à la ville pour une raison profonde : l’impossibilité de voir et partager des moments avec son fils.

Le film est alors une plongée hallucinante aux limites du cauchemar en état de fatigue et de tension extrême d’un homme seul dans une immense ville. Autour de ce point de vue, Eryk Rocha réussit à dessiner un portrait de Rio de Janeiro en hors champ à travers à la fois des images documentaires qui surgissent ici et là de rues en pleine effervescence où les tensions sociales se manifestent, que par les informations radiodiffusées. Un thriller psychologique autant qu’un portrait de ville au temps présent qui s’inscrit pleinement dans la force du langage cinématographique.

Breve miragem de sol
d’Eryk Rocha
Fiction
98 minutes. Brésil, Argentine, France, 2019.
Couleur
Langue originale : portugais

Avec : Fabrício Boliveira (Paulo), Bárbara Colen (Karina), Cadu N. Jay (Mateus)
Scénario : Fabio Andrade, Julia Ariani, Eryk Rocha
Images : Miguel Vassy
Montage : Renato Vallone
Décors : Ana Paula Cardoso
1er assistant réalisateur : Leonardo Teatini
Production : Tu Vas Voir Productions, VideoFilmes
Producteurs : Diego Dubcovsky, Gérard Lacroix, Edgard Tenenbaum
Producteurs exécutifs : Yana Chang, Joelma Gonzaga
Vendeur internationale : FiGa Films

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz