Billet de blog 8 déc. 2021

La Havane 2021 : "Todos os mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Dans la ville de São Paulo à la fin du XIXe siècle, alors que la fin de l’Empire a laissé place à la République, trois femmes d’une même famille sont dépassées par les événements.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Todos os mortos de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Caetano Gotardo et Marco Dutra, complices depuis de longues années, ont jusqu’ici menés leur réalisation de leur côté, notamment avec Juliana Rojas qui les rejoint ici au montage. Marco Dutra, Caetano Gotardo et Juliana Rojas trouvent ici une formidable synergie capable d’affronter de manière indépendante et toute personnelle le film d’époque en costumes. Déjà Caetano Gotardo dans Celui que nous laisserons (O que se move, 2012), réalisait une relecture toute personnelle de la comédie musicale en posant un point de vue singulier réflexif sur le genre lui-même.

"Todos os mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra © Filmes do Caixote

Ici, le costume n’est qu’une entrée contextuelle pour faire émerger la fin du XIXe siècle au Brésil ainsi qu’à travers une mise en scène précise qui privilégie des plans fixes comme autant de tableaux d’une parfaite composition dans laquelle évoluent les personnages avec toutes leurs problématiques. Caetano Gotardo et Marco Dutra s’intéressent notamment au rendez-vous manqué de l’histoire du Brésil avec la République dont les conséquences se font durablement sentir dans la société contemporaine. Cette actualité du Brésil est en permanence en toile de fond puisque les réalisateurs n’ont pas souhaité occulter le hors champs contemporain dans lequel s’inscrit le tournage. Il en découle un dialogue constant entre passé et présent comme autant d’hypothèses ouvertes pour appréhender la société brésilienne actuelle fracturée par toutes ses divisions. Dès lors, les personnages du film sont autant de fantômes qui viennent hanter le quotidien d’un Brésil politique comme la maison familiale bouleversée par les événements historiques qui mettent fin à l’esclavage et amorcent un nouvel espoir de vivre ensemble.

Todos os mortos
de Caetano Gotardo et Marco Dutra
Fiction
120 minutes. Brésil, France, 2020.
Couleur
Langue originale : portugais

Avec : Mawusi Tulani, Clarissa Kiste, Carolina Bianchi, Thaia Perez, Agyei Augusto, Leonor Silveira, Alaíde Costa, Rogério Brito, Thomas Aquino, Andréa Marquee
Scénario : Caetano Gotardo, Marco Dutra
Images : Hélène Louvart
Montage : Marco Dutra, Caetano Gotardo, Juliana Rojas
Musique : Gui Braz, Salloma Salomão
Décors : Juliana Lobo
Costumes : Gabriella Marra
Production : Good Fortune Films, Dezenove Som e Imagem (BR), Filmes do Caixote (BR)
Producteurs : Florence Cohen, Clément Duboin, Maria Ionescu, Sara Silveira
Distributeur (France) : Jour2Fête

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves