Billet de blog 9 oct. 2021

Biarritz 2021 : "Fanny camina" d’Alfredo Arias et Ignacio Masllorens

Fanny Navarro, actrice du cinéma argentin, dans les années 1930 à 1960 sous le pouvoir péroniste, fut également la compagne du frère d’Eva Perón. Entre vies artistique et politique, elle se confondit avec le pouvoir politique fusionnant avec l’âme de Buenos Aires.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Fanny camina" d’Alfredo Arias et Ignacio Masllorens © DR

Film de la compétition long métrage fiction de la 30e édition du Festival Biarritz Amérique Latine 2021 : Fanny camina d’Alfredo Arias et Ignacio Masllorens

Ce Prix du public du festival de Biarritz 2021 incarne à la fois une ode au cinéma d’un premier âge d’or de l’industrie argentine, une déclaration d’amour à une Buenos Aires qui traverse les affres de l’histoire mouvementée de la société humaine et une expérimentation à la croisée entre le cinéma, le théâtre et l’opéra. Fanny camina invite notamment la fougue opératique à envahir le cinéma selon la singulière personnalité de ses réalisateurs : le franco-argentin Alfredo Arias, metteur en scène de théâtre et d’opéra et le vidéaste Ignacio Masllorens. La mise en question du pouvoir iconique de la diva propre à l’opéra est présente chez Werner Schroeter mais ici les coréalisateurs vont chercher les ressources propres au cinéma expressionniste qui a porté aux nues l’esthétique de l’image en Noir & Blanc.
Cette invitation avec ce film à voir au-delà du cinéma est ainsi une ouverture stimulante portée par l’actrice Alejandra Radano dans le rôle éponyme de la diva argentine dont les épisodes de la vie sont ici narrés avec une scrupuleuse exactitude. Fanny Navarro est aussi une figure jumelle d’Eva Perón par sa destinée et son positionnement entre art et politique, dans une fusion extrêmement étroite vis-à-vis de son public. Fanny camina par sa construction comme par son sujet vient interroger le pouvoir de fascination des médias qui font émerger les icônes avec leur responsabilité politique.

Le film assume sa distance critique par le choix de filmer de manière anachronique une fiction avec des personnages en costumes d’époque et une construction en Noir & Blanc magnifique, au sein de la réalité documentaire de la Buenos Aires contemporaine où les passants apparaissent avec leurs propres vêtements du quotidien sans que le pacte de fiction entre le public et le film même soit rompu. Dès lors, Buenos Aires est aussi un espace cinématographique à ciel ouvert où les fantômes du passé invitent à plonger dans une histoire qui n’en finit jamais de se découvrir.

Fanny camina
d’Alfredo Arias et Ignacio Masllorens
Fiction
82 minutes. Argentine, 2021.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Alejandra Radano, Nicola Costantino, Marta Lubos
Scénario : Alfredo Arias
Images : Hernán Bouza
Montage : Sofía di Paola, Ignacio Masllorens 
Son : Guido Deniro
Production : Croto Films, Contenidos Públicos, Alfredo Arias

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte