Billet de blog 9 déc. 2021

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

La Havane 2021 : "Fauna" de Nicolás Pereda

Dans un village mexicain, Luisa vient présenter son amoureux Paco à sa famille. Son frère Gabino est également venu. Chacun raconte ou incarne d’autant plus des histoires que Luisa et Paco sont acteurs.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition long métrage de fiction de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Fauna de Nicolás Pereda

Pour son nouveau long métrage, Nicolás Pereda, le plus prolifique et indépendant des cinéastes mexicains, retrouve une fois de plus sa troupe fidèle d’acteurs qui incarnent des personnages portant leur vrai prénom et dans une composition qui est proche de leur propre personnalité. Ainsi, il est question de Paco, acteur au rôle muet dans la série Narcos et l’acteur y a en effet joué en dehors du film de Pereda. Pour autant, à aucun moment le film ne se dirige vers le traitement documentaire : bien au contraire, le film s’assume pleinement dans la fiction en plongeant dans plusieurs niveaux de narrativités. Dans des situations aussi absurdes que cocasses de confrontations entre les personnages, Nicolás Pereda développe avec une acuité déconcertante une autoréflexion sur le principe même de la mise en scène et sa force à faire émerger du récit. Il lui suffit de faire se rencontrer des acteurs complices devant sa caméra pour faire émerger une histoire entre ses personnages dans des plans-séquence magnétiques.

"Fauna" de Nicolás Pereda © Interior13 Cine

Nicolás Pereda développe son art de la mise en scène dans un éloge de la simplicité qui permet rien de moins que d’interroger l’inconscient collectif du spectateur dans son désir de récit, notamment ici autour d’une histoire de disparitions dans un contexte de narcotrafic et de revendications sociales qui restent hors champ. C’est l’attitude totalement inverse de la démonstration de la violence de la société mexicaine contemporaine mise en scène dans les films d’Amat Escalante, de Gerardo Naranjo comme de Michel Franco, dont le talent narratif et esthétique est pourtant très convaincant.

Ainsi, avec humilité et une parfaite maîtrise de leur expressivité, les acteurs se présentent nus en termes d’artifice pour faire émerger une réflexion méta-cinématographique aussi profonde que passionnante.

Fauna
de Nicolás Pereda
Fiction
70 minutes. Canada, Mexique, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Lázaro Gabino Rodríguez (le frère de Luisa), Luisa Pardo (Luisa), Francisco Barreiro (Paco), Teresa Sánchez (la mère de Luisa), José Rodríguez López (le père de Luisa), Mariana Villegas, Fernando Álvarez Rebeil, Aarón Velázquez, Brandon Medina
Scénario : Nicolás Pereda
Images : Mariel Baqueiro
Montage : Nicolás Pereda
Musique : Teresa Sánchez
Son : Pablo Cervera
Production : Interior13 Cine
Producteur : Nicolás Pereda

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon