"Revenir à Naples" (El Olor de las Magnolias) un roman de Paco Ignacio Taibo II

Un écrivain mexicain revient à Naples dont il est originaire plusieurs décennies après un drame surgi au Mexique alors qu’un groupe d’anarchistes italiens a été envoyé au Mexique coloniser des terres expropriées aux Indiens.

Parution du livre Revenir à Naples de Paco Ignacio Taibo II

Après la publication sous la forme d’un roman graphique de la biographie de Pancho Villa écrite par Paco Ignacio Taibo II (Pancho Villa : la bataille de Zacatecas), l’auteur prolifique mexicain est à nouveau édité par Nada avec l’un de ses derniers romans paru initialement au Mexiques en 2018 sous le titre El Olor de las Magnolias. Il y est question d’un pan méconnu de l’histoire du Mexique : la politique de colonisation forcée de terres appartenant aux Indiens locaux au Mexique, en faisant venir des Européens dont les pays en question voulaient se débarrasser. Ainsi, Paco Ignacio Taibo II évoque cette communauté d’anarchistes italiens du début du XXe siècle qui se retrouve avec une terre à cultiver sous la dictature de Porfirio Diaz. Le lien avec les Indiens expropriés et les Italiens anarchistes ne tarde pas à s’établir dans un Mexique prérévolutionnaire qui n’est plus en mesure d’accepter toutes les injustices criantes que subit la majorité de la population au profit de quelques puissants et infâmes propriétaires terriens avides d’installer durablement l’économie prédatrice issue de l’Europe.

Paco Ignacio Taibo II, pour ce retour à la fiction après être passé par le documentaire, plonge dans des sources historiques précises et mêle avec un malin plaisir les époques, à la manière nostalgique d’un Sergio Leone dans son dernier film (Once Upon a Time in America, 1984). Ainsi, un vieil homme, écrivain mexicain à l’instar de son auteur, retrouve Naples alors que se développe en parallèle dans d’autres chapitres le récit de l’installation des anarchistes italiens en 1906 auprès desquels ce vieil homme était alors un jeune enfant. Des chœurs antiques portés par des femmes italiennes contemporaines ponctuent le récit et rappellent ainsi la tragédie historique qu’un personnage entre deux mondes porte sur ses épaules. Le contenu littéraire du roman est court, rapide mais d’autant plus efficace dans sa concision afin de mettre en scène une fois évaucée la poussière du temps, une époque révolue dont le Mexique contemporain ne cesse de manifester les stigmates sanglants.

Le tout est porté par une traduction subtile et passionnée de Sébastien Rutés qui propose en outre dans sa postface une lecture personnelle de l’anarchisme libertaire propre à Paco Ignacio Taibo II dans l’ensemble de l’œuvre de celui-ci.

Les éditions Nada comme de coutume mettent en valeur cette œuvre avec un soin particulier apporté à l’approche visuelle, avec l’intégration de quelques illustrations en noir et blanc issues historiquement de nombreuses gravures de 1642 à nos jours. Cet accompagnement place ainsi les racines de l’œuvre de Paco Ignacio Taibo II dans une longue lignée d’expression du passé qui n’a pas fini de faire parler de lui.

 

 

515c7vd0wpl-sx331-bo1-204-203-200
Revenir à Naples
El Olor de las Magnolias (2018)
de Paco Ignacio Taibo II
traduction et postface de Sébastien Rutés

Nombre de pages : 176
Date de sortie (France) : 29 janvier 2021
Éditeur : Nada

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.