Billet de blog 10 mai 2015

Thierry Frémaux: «Le cinéma latino est un cinéma qui a une histoire et un prestige»

Pour la 68e édition du Festival de Cannes, la cinématographie venue d’Amérique latine est numériquement discrète mais présente dans chaque section. Ainsi, on trouve en sélection officielle le film mexicain Chronic de Michel Franco qui avait auparavant réalisé Ana y Daniel (2009), Después de Lucía (2012). Dans la sélection Un Certain Regard,

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour la 68e édition du Festival de Cannes, la cinématographie venue d’Amérique latine est numériquement discrète mais présente dans chaque section. Ainsi, on trouve en sélection officielle le film mexicain Chronic de Michel Franco qui avait auparavant réalisé Ana y Daniel (2009), Después de Lucía (2012). Dans la sélection Un Certain Regard, un autre cinéaste mexicain présente son deuxième long métrage (après La Vida después, 2013) : il s’agit de David Pablos avec Las Elegidas. Le second film venu du continent latino est également un deuxième film, intitulé Alias María de José Luis Rugeles (García, 2010). Pour Cannes Classic, deux films argentins sont à l’honneur en copies restaurées : Sur (1988) de Fernando Solanas et La Historia oficial (1985) de Luis Puenzo. De son côté, le court argentin Presente imperfecto d’Iair Said est en compétition pour la Palme d’Or du court métrage. Et pour finir, il faut encore citer la Cinéfondation avec le court métrage El ser magnético de Mateo Bendesky (Argentine), Locas perdidas d’Ignacio Juricic Merillán (Chili) et Anfibio de Héctor Silva Núñez (Cuba). Quelques semaines avant l’annonce officielle de cette sélection 2015, Thierry Frémaux, le délégué général du festival de Cannes, présentait le festival et quelques-uns de ses liens avec les cinémas d’Amérique latine dans l’échange suivant.

Thierry Frémaux © Marcel Hartmann

Quelle est la ligne éditoriale du festival ?

Thierry Frémaux : C'est une question bien trop large pour être abordée ainsi. Disons que Cannes est un double voyage dans le cinéma mondial. Un voyage esthétique : le festival est une sorte d'instantané de l'état des tendances de la mise en scène, des sujets, des jeunes auteurs ; un voyage géographique : Cannes fait chaque année une photographie des forces à l'œuvre dans le cinéma mondial. Sur une demi-décennie, on a ainsi une description assez précise de la place du cinéma dans nos vies.

Quelle est la place du cinéma latino américain dans le festival ?

T. F. : Cannes a un devoir de trouver des équilibres à l'intérieur de la programmation et l'équilibre géopolitique en est l'un des plus importants. On ne peut se passer de tel ou tel pays, de tel ou tel continent, même s'il nous arrive de le faire en cas de disette absolue. Le cinéma latino est un cinéma qui a une histoire, un passé et un prestige. Certains pays courent après ce passé et d'autres (Argentine, Mexique) sont en plein forme. Cannes peut s'enorgueillir d'avoir contribuer à faire émerger et à avoir accompagné les nouvelles générations de cinéastes de Buenos Aires et de Mexico, que ça soit en compétition, ou au Certain Regard. Et de leurs côtés, la Quinzaine et la Semaine de la Critique font aussi un gros travail de découverte.

Comment ces œuvres sont-elles sélectionnées ?

T. F. : Nous avons des correspondants, des conseils, des amis. Mais le plus important est d'être en contact direct avec les cinéastes et les producteurs et de travailler en étroite proximité. C'est ce qui se passe. Après, il y a aussi les jeunes et les inconnus, qui s'inscrivent. On regarde les films avec le même intérêt car c'est souvent ainsi qu'on découvre de beaux inconnus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte