Perdu en Bolivie : un documentaire autobiographique

Dans le cadre de la programmation du festival international de films documentaires Cinéma du Réel, qui s’est déroulé du 20 au 30 mars 2014 à Paris, El Corral y el viento, de Miguel Hilari était présenté en compétition officielle en section « Premiers films ».  

Dans le cadre de la programmation du festival international de films documentaires Cinéma du Réel, qui s’est déroulé du 20 au 30 mars 2014 à Paris, El Corral y el viento, de Miguel Hilari était présenté en compétition officielle en section « Premiers films ».

 

 

 

Non loin du lac Titicaca, à Santiago de Okola en Bolivie, le jeune réalisateur Miguel Hilari revient avec sa caméra dans le village de son père. Ici, point de retour régénérateur pour l’enfant qui est parti étudié à la ville, bien au contraire. Le constat est amer et encore plus pour le documentariste directement impliqué par ce qu’il voit et filme. Point de rencontre familiale mais en permanence l’absence d’une humanité qui aurait pu s’incarner dans une famille retrouvée. Ce constat d’un monde moribond n’est pas sans rappeler celui de Raymond Deardon retournant près de ses origines campagnardes dans sa trilogie sur le monde paysan. Mais la différence est que Miguel Hilari ne réalise guère de portrait mais ajoute des personnages devant sa caméra pour rendre compte d’un lieu. Le ton est ainsi donné dès la première séquence où le jeu d’un adolescent avec un animal devient de plus en plus cruel et le regard du spectateur à son égard de moins en moins compassionnel. Filmer la précarité avait aussi été le projet de Luis Buñuel avec son documentaire Las Hurdes. Ainsi, bien que filmant en un lieu isolé de Bolivie, Miguel Hilari, s’insère bien dans une cinématographie mondiale. En filmant une communauté restée en marge de l’ensemble d’un État, il interroge par là la cohérence de cette société. Conservant un regard autobiographique, les enjeux politiques ne sont pas explicites à première lecture. Usant de sa caméra comme un regard « objectif », on voit aussi dans ce documentaire l’interrogation de son rapport à lui-même : est-ce sa caméra et son projet de film qui fait qu’il ne fait plus partie de cette communauté et qu’il ne peut dès lors plus apparaître à l’écran ? Plus que des réponses, ce sont des questions que ce documentaire fait naître en nous.

 

El Corral y el viento

de Miguel Hilari

Documentaire

54 minutes. Bolivie, 2014.

Couleur

Langue originale : espagnol

Avec : Francisco Hilari, Hernán Gamarra, Noelia Gamarra

Scénario : Miguel Hilari

Images : Miguel Hilari

Montage : Gilmar Gonzales

Son : Lluvia Bustos

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.