Cinélatino 2021 : "Tengo miedo torero" de Rodrigo Sepúlveda

Dans le Chili étouffé par la dictature de Pinochet, un homme travesti s’éprend d’amour pour un activiste intellectuel préparant un attentat.

"Tengo miedo torero" de Rodrigo Sepúlveda © DR "Tengo miedo torero" de Rodrigo Sepúlveda © DR
Film en compétition long métrage de la 33e édition du Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse 2021 : Tengo miedo torero de Rodrigo Sepúlveda

En adaptant le roman culte de l’activiste et contestataire Pedro Lemebel, Rodrigo Sepúlveda réactualise sa réflexion et la rend toujours plus vivante grâce à l’implication profonde et géniale de l’acteur Alfredo Castro. Du livre éminemment politique, il était possible d’en attendre une même implication mais au final, le réalisateur préfère se concentrer sur l’histoire d’amour quasi platonique entre ces deux hommes, magnifiée par les images du chef opérateur Sergio Armstrong. C’est un notable parti pris de se concentrer ainsi avec conviction dans une histoire d’amour au-delà de l’âge et du sexe des personnages. L’histoire tourne à l’occasion quelque peu en ridicule ces militants qui veulent mettre fin à la dictature pour une société plus juste tout en manipulant les individus en marges à son profit. Le film est porté par toute l’humanité blessée mais à la puissance d’amour intacte du personnage interprété par Alfredo Castro alors que le personnage de Carlos se révèle bien insipide en militant viril armé.

Rodrigo Sepúlveda a résolument désamorcé la dimension politique pour livrer un film estimable dans sa construction mais au propos parfois limité. Il reste une galerie d’acteurs chiliens tous fascinants dans leurs audaces, leurs excentricités et encore leurs destinées brisées à l’instar de la mystérieuse doña Olguita jouée avec subtilité par Amparo Noguera.

 

 

2558075
Tengo miedo torero
de Rodrigo Sepúlveda
Fiction
93 minutes. Chili, Argentine, Mexique, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Alfredo Castro (La Loca del Frente), Leonardo Ortizgris (Carlos), Julieta Zylberberg (Laura), Amparo Noguera (Doña Olguita), Luis Gnecco (Myrna), Sergio Hernández (Rana), Ezequiel Díaz (Lupe), Paulina Urrutia (Doña Clarita), Gastón Salgado (Cafiche), Erto Pantoja (Guardaespaldas), Victor Montero (un militaire), Jaime Leiva (un militaire), Daniel Antivilo (Toñita), Marcelo Alonso, Pedro Fontaine, Manuel Peña, Paula Leoncini
Scénario : Rodrigo Sepúlveda et Juan Elias Tovar, d’après le roman éponyme de Pedro Lemebel
Images : Sergio Armstrong
Montage : Ana Godoy, Rosario Suárez
Musique : Pedro Aznar
Directrice artistique : Marisol Torres
Production : Forastero, Tornado, Caponeto, Zapik Films
Producteurs : Lucas Engel, Gregorio González, Florencia Larrea, Jorge López Vidales, Daniel Oliva
Coproducteurs : Ezequiel Borovinsky, Alejandro Israel, Diego Martínez Ulanosky
Producteurs exécutifs : Francisca Barraza, Marianne Mayer-Beckh, Stanley Preschutti

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.