"Honduras, chemins en résistance 2009-2017" un ouvrage collectif

Suite au coup d’État militaire soutenu par la CIA qui a exclu de la vie politique le président démocratiquement élu Zelaya, plusieurs intellectuels et poètes honduriens prennent la plume pour témoigner de leur regard sur les événements cinq ans plus tard.

Au sujet du livre Honduras, chemins en résistance 2009-2017

Une décennie depuis le putsch militaire de 2009 renversant le président Zelaya condamné pour sa vision progressiste et sociale de la politique, les réflexions se poursuivent pour interpréter ce qui s’est passé. Ainsi, la première année de la présidence du prix Nobel de la paix Barack Obama est marquée par la décision d’appuyer militairement via la CIA le putsch militaire excluant un président en exercice démocratiquement élu. La secrétaire d’État Hilary Clinton a en effet avoué par la suite la responsabilité de son pays dans ce drame. Ce sont là quelques réflexions menées par divers intellectuels et poètes dont on retrouve dans cet ouvrage collectif les textes. Dans l’un d’eux est également émise l’hypothèse du pétrole au Honduras dont l’exploitation allait échapper aux multinationales nord-américaines au profit de bénéfices nationaux et d’intérêts géopolitiques propres au continent latino-américain.
Les différents points de vue éclairent en effet la réalité sociale et politique du Honduras dans lequel est apparu ce coup d’État qui a mis un arrêt violent au processus démocratique en cours. Une décennie plus tard, cet ouvrage reste un précieux document pour plonger un regard rétrospectif sur ces dernières années et comprendre les enjeux géopolitiques en Amérique centrale.

 

 

9782343113166b
Honduras, chemins en résistance 2009-2017
ouvrage collectif sous la direction de Marielle Rispail, Jesus Henriquez et Melissa Merlo

Nombre de pages : 142
Date de sortie (France) : 1er février 2017
Éditeur : L’Harmattan
Collection : Horizons Amérique Latine

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.