Les grands moments de l'histoire des cinémas argentins au début du XXIe siècle

À la confluence entre deux siècles, une génération à peine après la fin de la dictature et le retour, du moins officiel, à la démocratie, en Argentine, le cinéma national a vu émerger une nouvelle manière forte de raconter des histoires que d'aucuns ont appelé « Nouveau cinéma argentin ».

Au sujet du livre Le Nouveau cinéma argentin de Thomas Messias

Sorti il y a maintenant quatre ans, cet ouvrage écrit par Thomas Messias fait une synthèse de ce que certains journalistes ont appelé abruptement « Nouveau cinéma argentin » face à l'arrivée conséquente de nombreux films venus de ce pays avec de nouvelles propositions de récit qui tranchaient sur ce qui se faisait jusque-là. En attendant, l'histoire des cinémas argentins se poursuit avec une belle effervescence à l'heure actuelle notamment avec le grand événement que constitue La Flor de Mariano Llinás. C'est aussi à cette aune que l'on peut faire le retour sur un renouveau quelques années après la rédaction de cet ouvrage.
Thomas Messias est actuellement journaliste pour Slate.fr après avoir été rédacteur pour PlaylistSociety.fr dont la partie éditoriale s'est occupée de ce premier ouvrage. Sa démarche consiste ici à décrire un phénomène de l'histoire récente du cinéma argentin à partir de la présentation et l'analyse de quelques films des cinéastes phares qui ont marqué le début des années 2000. L'approche ici n'est ni historique, ni sociale et ni économique : loin de l'approche universitaire, c'est avant tout un critique de cinéma qui cherche à partager son engouement pour ce phénomène daté dont il saisit la fin : comme il en témoigne, Lisandro Alonso et Pablo Trapero ne sont plus inspirés comme à leurs débuts, Lucrecia Martel ne tourne plus, Fabián Bielinsky est décédé, l'acteur argentin Ricardo Darín ne prend plus aucun risque à venir soutenir de sa personne un nouveau cinéma audacieux... Et pourtant, les cinématographies argentines se poursuivent avec une réelle ambition à saisir les mises en scène les plus expérimentales comme les plus traditionnelles dans la volonté de saisir l'époque contemporaine, dont se font les témoins les cinémas de Santiago Loza, Alejandro Fadel, Alejo Moguillansky, Benjamín Naishtat, Julia Solomonoff, Marco Berger, Santiago Mitre, Pablo Aguero, Clarisa Navas, Celina Murga, Albertina Carri, Laura Citarella, Cecilia Atán, Valeria Pivato... pour n'en citer que quelques-uns parmi les nombreux talentueux. L'avenir du cinéma argentin est meilleur que l'obsolescence programmée annoncée ici en guise de conclusion. L'ouvrage a ainsi pour mérite de retracer une période fondatrice du « post nouveau cinéma argentin » pour comprendre le présent et l'avenir à travers un passé récent.




le-nouveau-cinema-argentin-vf-1
Le Nouveau cinéma argentin
de Thomas Messias

Nombre de pages : 128
Date de sortie (France) : 11 avril 2015
Éditeur : Playlist Society
Collection : Essai / cinéma


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.