Biarritz 2021 : "Mostro" de José Pablo Escamilla

L’amitié entre Lucas et Alexandra leur permet de se détacher d’un cadre social sans horizon. La disparition soudaine d’Alexandra confronte Lucas à des institutions mexicaines complices d’un chaos généralisé.

"Mostro" de José Pablo Escamilla © Colectivo Colmena "Mostro" de José Pablo Escamilla © Colectivo Colmena
Film de la compétition long métrage fiction de la 30e édition du Festival Biarritz Amérique Latine 2021 : Mostro de José Pablo Escamilla

Au cœur des explorations initiées par la programmation 2021 du festival des cinémas d’Amérique latine de Biarritz, Mostro représente une nouvelle forme de militance au cinéma développée par un collectif d’artistes indépendants. Ainsi se manifeste comme une innervation au cœur de ce récit, la continuité entre un groupe d’acteurs culturels de la société civile en marge de l’industrie cinématographique avec le sujet des disparitions des citoyens mexicains violemment relégués aux franges de la société. La révolte contre l’iniquité d’un système institutionnel qui laisse en toute impunité le terrorisme gangrener tout le corps social avec une complicité monstrueuse dans Mostro consiste à penser et imaginer une autre manière de faire du cinéma par un minimalisme de la narration en quête de quintessence du propos et par l’invitation faite au cinéma expérimental, notamment du found footage lors de deux séquences oniriques sous emprise.

L’appréhension du quotidien ne peut qu’être altérée dans ce contexte social des disparitions au Mexique et les choix de mise en scène fusionnent ce regard subjectif. Car être acteur du drame mexicain dans ce film a pour conséquence de traduire le traumatisme causé par la déliquescence d’une organisation étatique qui a abandonné ses responsabilités quant elle ne participe pas directement à détruire la cohésion sociale dans son intégrité.

La démarche de José Pablo Escamilla qui assume ici la réalisation, le scénario et la coproduction de Mostro, rejoint celle de Fernanda Valadez quand elle réalise Sans signe particulier (Sin señas particulares, 2019) qui consiste à révéler l’expérience traumatique des disparitions dans le Mexique contemporain, en plongeant le spectateur dans une immersion sensorielle que permet l’expérimentation de l’image au cinéma.

L’économie de moyens dans Mostro tourne à l’invention de moyens de narration percutants, comme cette mise en scène en ouverture et en clôture du film de la déshumanisation du travail à la chaîne dans les usines où le protagoniste sent s’envoler la perte de son humanité. L’appréhension de cet environnement dans une approche documentaire transcendée par les déambulations d’une caméra figurant une âme en peine permet avec une efficacité hallucinante d’entrer au cœur de la psyché du personnage principal.

Le film peut alors se poursuivre avec un plan-séquence à la maîtrise sans accroc et à la puissance de narration qui donne le frisson lorsque les deux jeunes amis traversent ensemble un pont pour s’éloigner d’un quotidien peu épanouissant et aller s’isoler dans leur lieu magique pour vivre un décollage vers l’ailleurs. Dans cette séquence, le personnage féminin porte avec une force singulière la prise de conscience que sa survie nécessite un départ imminent, beaucoup plus qu’un simple passage par un pont pour fuir un morne quotidien non désiré. En quelques mots, le drame à venir est annoncé de même que le contexte du féminicide organisé dans une société fondamentalement patriarcale où un Cronos au pouvoir, qu’il s’agisse des élites corrompues comme de la prise de pouvoir des narcotrafiquants sur le pays, assassine ses propres enfants.

 

affiche-ok-1-page-0001-1067x1600
Mostro
de José Pablo Escamilla
Fiction
75 minutes. Mexique, 2021.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Salvador de la Garza, Alexandra Victal, Francisco Barreiro
Scénario : José Pablo Escamilla
Images : Miguel Escudero
Montage : Francisco Borrajo
Musique : Isaac Soto
Son : Daniel Loustaunau, Gerardo Martínez
Casting : Diego Alberico
Production : Colectivo Colmena
Producteurs : Diandra Arriaga, José Pablo Escamilla
Producteurs exécutifs : Manuel Escamilla, María D González Aragón, Daniel Loustaunau, Mauricio Miguel Calderón Rico, José Pablo Escamilla, Francisco Borrajo
Vendeur international : Compañía de Cine

Contact :
paulina@companiadecine.com ; info@companiadecine.com
Production Colectivo Colmena
hola@colmena.tv
www.colmena.tv

Vendeur
Compañía de Cine
info@companiadecine.com
www.companiadecine.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.