Billet de blog 11 déc. 2021

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

La Havane 2021 : "Cucaracha" un court métrage d'animation d’Agustín Touriño

Gregorio répète un morne quotidien, entre son petit appartement et son travail à l’usine. L’arrivée d’un cafard vient alors combler sa solitude.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la compétition court métrage d’animation de la 42e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-Américain de La Havane 2021 : Cucaracha d’Agustín Touriño

Réalisé avec des figurines aux aspects non réalistes en stop motion, Cucaracha d’Agustín Touriño est une libre adaptation de La Métamorphose (1915) de Franz Kafka. L’esthétique de l’animation se réfère également à l’expressionnisme allemand avec son décor aux portes et étagères penchées caractérisant la subjectivité perturbée du personnage principal à la « gueule cassée » comme un homme issu des tranchées de la première guerre mondiale. Les couleurs ainsi que l’éclairage apportent une vitalité au service de la dynamique du récit, où le quotidien se répète tout en suivant des ellipses où l’inconnu trouve une place prépondérante avec la transformation d’un cafard (cucaracha).

"Cucaracha" d’Agustín Touriño © Universidad Nacional de Córdoba

Si le cafard est peut-être le plus grand complice redouté de l’homme, symbole de foyer abandonné et d’usure d’un temps souillé, il devient ici le signe de la déshumanisation assumée d’un homme qui avait déjà déclaré forfait au préalable. Sans être éprouvant comme le cauchemar claustrophobique d’Alien qui apparaît en clin -d’œil ici, Cucaracha d’Agustín Touriño est une exploration d’une peur lancinante où l’humanité s’efface sans y prendre garde.

Cucaracha
d’Agustín Touriño
Fiction
13 minutes 21 secondes. Argentine, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

Scénario : Matías Deon, Exequiel Ayala Lucarelli, Agustín Touriño
Images : Andrés Grabois, Exequiel Ayala Lucarelli
Montage : Agustín Touriño, Emanuel Gutiérrez
Musique : Ana Gabriela Yaya Aguilar, Mariela Díaz, Andres Bertoglio
Son : Mariela Díaz, Matías Deon
Animateurs : Agustín Touriño, Daniel Marín
Production : Universidad Nacional de Córdoba
Producteurs : Emanuel Gutiérrez, Andres Grabois

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte