Événement 12 sept. 2019

Cycle Ciné Amériques à l'INALCO

Du 25 septembre au 18 décembre 2019, dix projections en langues autochtones ou produites par des réalisateurs autochtones du continent américain (fiction et documentaire, courts et longs-métrages, récents et plus anciens) seront proposées au public.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 25 septembre 2019 au 18 décembre 2019

Lieu

Inalco, 65, rue des grands moulins, Paris XIIIe

Réservation

Séances gratuites

Information

Ce cycle, proposé par l’Inalco et l’association Amériques, est réalisé dans le cadre de l’année internationale des langues autochtones déclarée par l’UNESCO et inscrit dans la programmation annuelle « L’Inalco fait son cinéma ».


[Première projection et pot d'ouverture] 

Le 25 septembre 2019 - Maliglutit (Searchers)

Ce film, réalisateur inuit de Zacharias Kunuk ouvre le cycle Ciné Amériques et met à l’honneur le Canada et la langue inuktitut. Basé en partie sur le film La Prisonnière du désert de John Ford (1956), ce long-métrage se déroule dans le nord du Canada en 1913. Au retour de la chasse au caribou, Kuanana découvre que sa femme et sa fille ont été enlevées et les autres membres de sa famille massacrés. Il se lance à la poursuite des ravisseurs.

Pour plus d'informations sur le film: ici

Le public sera accueilli par :
- Inalco : Axel Ducourneau, directeur de cabinet de la présidence
- Association Amériques : Veronica Valencia Baño, coordinatrice du Festival de cinéma et Angélique Saverino, modératrice de la soirée
- Ambassade du Canada : Vincent Klassen, ministre-conseiller (Affaires politiques et publiques) 
La séance sera introduite par Marc-Antoine Mahieu, dont la conférence sera l’occasion d’une courte présentation sur les Autochtones canadiens. Linguiste, maître de conférences d'inuktitut à l'Inalco, il est également professeur associé au département d'anthropologie de l'Université Laval (Québec). Suite à la projection, il prendra part à une discussion avec John-Samuel Mackay, doctorant en anthropologie à l'Université Laval et étudiant d'inuktitut à l'Inalco et le public.

Pour clôturer la soirée, le public est convié au cocktail et vernissage de deux expositions : 
– Sélection de clichés de l’exposition Cap au Grand Nord (Annick Cojean, 1999) 
 Indian Time (Elena Perlino, 2017).

  • 8 octobre 2019 de 18h30 à 21h - Auditorium - BOLIVIE

Us utilakwa che os paj'i (El bufeo y el pescador), Ministère de la Culture, 2012
Film fiction
Langue movima, sous-titres en espagnol
Yawar MallkuJorge Sanjinés, 1969
Film fiction
Langue quechua, sous-titres en français
 

  • 17 octobre 2019 de 18h30 à 21h - Amphithéâtre 7 - BRÉSIL

Konãgxeka (Déluge Maxakali), Charles Bicalho et Isael Maxakali, 2016
Film d'animation
Langue maxacali, sous-titres en français
GRIN, Roney Freitas et Isael Maxakali, 2016
Film documentaire
Langue maxacali, sous-titres en français
 

  • 24 octobre 2019 de 18h à 21h30 - Auditorium - ÉQUATEUR

Killa,  Alberto Muenala, 2016
Film fiction 
Langues espagnole et quechua, sous-titres en anglais 
Aya tushuy, Comunidad La Calera, Samia Maldonado et Tyan Humberto Morales, 2019
Film documentaire
Langue quichua, sous-titres en français
 

  • 5 novembre 2019 de 19h à 21h - Amphithéâtre 8 - ARGENTINE

Pupila de mujer, Flor Copley, 2012
Film documentaire
Langues espagnole et mapudungun, sous-titres en français
 

  • 12 novembre 2019 de 18h30 à 21h - Auditorium - PÉROU

Aya, Francesca Canepa, 2016
Film fiction
Langue quechua, sous-titres en français
- Los ojos del camino, Rodrigo Otero Heraud, 2017
Film documentaire
Langue quechua, sous-titres en français 
 

  • 22 novembre 2019 de 18h30 à 21h - Amphithéâtre 7 - BRÉSIL

Bicicletas de Ñanderú, Coletivo Mbya-Guarani de Cinema, Ariel Kuaray Ortega, Patrícia Ferreira (Keretxu), 2011
Film documentaire
Langue guarani, sous-titres en français
Desterro Guarani, Coletivo Mbya-Guarani de Cinema, Ariel Kuaray Ortega, Patrícia Ferreira (Keretxu), 2011
 Film documentaire
Langue guarani, sous-titres en français
 

  • 28 novembre 2019 de 18h30 à 21h - Amphithéâtre 7 - COLOMBIE

Resistencia en la linea negra, Amado Villafaña, Saúl Gil, Silvestre Gil Sarabata, 2011
Film documentaire
Langues wiwa, kogui et arhuaco
 

  • 12 décembre 2019 de 18h30 à 21h - Auditorium - MEXIQUE

Baktun, Bruno Cárcamo, 2013
Tele Novela
Langue maya, sous-titres français
 

  • 18 décembre 2019  de 18h30 à 21h - Auditorium - MEXIQUE CENTRAL

Café, Hatuey Viveros Lavielle, 2014
Film documentaire
Langue nahuatl, sous-titres en français

Programmation ici

Sur Facebook ici 

Sur notre page web ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal