Billet de blog 12 nov. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Arras Film Festival 2022 : "Blanquita" de Fernando Guzzoni

Blanca, une adolescente accueillie dans le foyer pour jeunes du Père Manuel, dénonce à la suite du scandale rendu public d'un réseau de prostitution pédophile la responsabilité d'un sénateur à son égard.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de la section « Cinémas du monde » de la 23e édition d'Arras Film Festival 2022 : Blanquita de Fernando Guzzoni

Après Carne de perro (2012) et Jesús (2016), Fernando Guzzoni adapte à nouveau un fait divers (l'affaire Spiniak) posant un regard inconfortable et inquiétant sur la réalité politique chilienne qui n'est jamais tout à fait éloignée de l'exercice de la violence d'un groupe social sur un autre à l'instar de l'époque dictatoriale.

Ici, en suivant le point de vue d'une adolescente et jeune fille mère victime d'abus sexuels soutenue par un prêtre dans ses démarches d'accusation contre un sénateur, ce sont aussi les oppositions entre deux classes sociales qui sont mises en scène. De la proximité de ces deux personnages, la mise en scène installe la tension propre au thriller politique avec un brillant minimalisme dans le choix des décors et les scènes d'action au profit de la mise en valeur des interprétations très denses des acteurs et des actrices.

Blanquita de Fernando Guzzoni © ASC Distribution

Fernando Guzzoni est un brillant directeur d'acteurs et d'actrices, choisissant les plus convaincants au Chili qui ont pu notamment à plusieurs reprises faire briller toute leur force d'interprétation dans le cinéma de Pablo Larraín à savoir Alejandro Goic, fidèle acteur de tous les longs métrages de fiction de Fernando Guzzoni, Amparo Noguera, Marcelo Alonso sans oublier dans le rôle du personnage éponyme et qui plus est protagoniste du film, Laura López dans son premier rôle pour le cinéma.

Le travail d'interprétation est d'autant plus fondamental ici que l'intrigue repose sur des confrontations judiciaires où les témoignages dépendant beaucoup non pas de la vérité elle-même mais de la force de conviction pour énoncer un témoignage face aux remises en cause et les pressions psychologiques et physiques de la partie adverse. Le film n'est pas non plus un huis clos judiciaire qui se déroule dans une salle d'audience puisque tout se passe bien avant que la confrontation publique ait lieu. L'enjeu est cependant tel que les forces en présence s'empare du sujet, des médias télévisés, aux groupes politiques sans oublier l'Église catholique comme force obscure qui continue à agir dans l'ombre de la démocratie sans avoir été élue par les citoyens et citoyennes.

En filmant le personnage éponyme dans la rue au cours d'une manifestation récente au Chili qui dénonçait les abus sexistes, Fernando Guzzoni enracine et développe ses problématiques dans le contexte plus large du Chili contemporain et du monde actuel où #MeToo a libéré la parole féminine autour des abus de pouvoir patriarcal.

Pour autant, Fernando Guzzoni repousse toute vision manichéiste opposant une classe sociale opprimée face à une autre puissante aux comportements qui se positionnent au-dessus des lois car la vérité n'est pas ici entièrement située dans un témoignage totalement fiable. Il en résulte une vertigineuse plongée au cœur de l'horreur où les victimes d'hier construisent au mieux des stratégies de survie pour devenir les acteurs et actrices de leur vie au présent.

Pour concourir à la réussite du film, Fernando Guzzoni a réuni en particulier derrière sa caméra deux talents qui donnent beaucoup à l'atmosphère inquiétante et trouble du film : le chef opérateur Benjamín Echazarreta (Gloria, Une femme fantastique, etc.) et la compositrice Chloé Thévenin (Je ne suis pas un salaud, Arthur Rambo, La Montagne). Une œuvre d'une grande maîtrise, réunissant des talents multiples au service de la mise en scène d'un sujet politique transnational.

Blanquita
de Fernando Guzzoni
Fiction
98 minutes. Chili, Mexique, Luxembourg, France, Pologne, 2022.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Laura López (Blanca), Alejandro Goic (le Père Manuel), Nicolás Durán (Marcos), Amparo Noguera (Piedad), Marcelo Alonso (le procureur Herrero), Daniela Ramírez (la procureure Lagos), Ariel Grandón (Carlos)
Scénario : Fernando Guzzoni
Images : Benjamín Echazarreta
Montage : Jarosław Kamiński, Soledad Salfate
Musique : Chloé Thevenin
Son : José Miguel Enríquez Rivaud
Prise de son : Federico González Jordán
Décors : Estefania Larraín, Angela Leyton
Directeur artistique : Natalia Geisse
Costumes : Francisca Román
Production : Quijote Films
Coproduction : Varios Lobos, Tarantula, Bonne Pioche Cinema, Madants
Producteur : Giancarlo Nasi
Coproducteurs : Pablo Zimbron, Donato Rotunno, Pascal Guerrin, Yves Darondeau, Emmanuel Priou, Beata Rzeźniczek
Distributeur (France) : ASC Distribution
Date de sortie (France) : juin 2023

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma