Billet de blog 17 janv. 2022

FIFP de Carcassonne 2022 : "À nos enfants" de Maria de Medeiros

Vera et Tânia forment un couple qui tentent d’avoir un enfant par procréation médicalement assistée. La mère de Tânia qui s’occupe d’un centre d’accueil de jeunes orphelins séropositifs ne comprend pas les choix de sa fille.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

4e édition du Festival international du film politique de Carcassonne 2022 : À nos enfants de Maria de Medeiros

Et s’il était enfin temps de laisser tomber les préjugés qui divisent à partir d’un déversement intense de haine sans limite ? Tout commence avec un couple de deux femmes qui s’aiment, qui aimeraient avoir un enfant grâce à la PMA au Brésil mais voilà qu’un conflit avec la mère de l’une d’elle vient mettre en cause cette harmonie. Ladite mère serait-elle traditionnaliste, d’extrême droite et homophobe ? Non, bien au contraire : la division entre la mère et la fille se joue à un autre niveau où un profond traumatisme qui précède la naissance même de la fille en question a sa grande part de responsabilité. Il y a bien également des valeurs qui appartiennent à des classes sociales distinctes où apparaît notamment le consumérisme individualiste néolibéral.

"À nos enfants" (Aos nossos filhos) de Maria de Medeiros © Épicentre Films

Les tortures menées contre les femmes durant les années de dictature au Brésil sont encore l’objet des cauchemars des femmes dans la société actuelle et ce d’autant plus accentuées que le monstre du fascisme a repris les rênes du pouvoir au Brésil pour détruire toute manifestation spontanée d’initiative culturelle. Le nouveau long métrage de fiction de Maria de Medeiros filme ce moment de l’entre deux où le Brésil est en train de changer alors que la gauche progressiste avait pu parvenir à réaliser l’espoir d’un élargissement de la classe moyenne durant les années précédentes. Par le prisme d’une histoire de couple en ébullition et d’une famille plus largement divisée, Maria de Medeiros laisse entrevoir les divisions qui planent sur la société en plein mouvement au fil des décennies.

Sur la question notamment de la transmission que sous-entend le titre du film, la mère et la fille qui n’appartiennent plus à la même catégorie sociale et peu à peu non plus aux mêmes sensibilités sociales, vont se diviser. Et le film développe ces deux points de vue distincts en laissant la liberté au spectateur de prendre son propre parti. Les raisons qui animent les protagonistes sont plus complexes qu’il n’y paraît à première vue et le film démontre bien qu’un individu est loin d’être progressiste à tous points de vue et qu’il est dès lors intéressant qu’il puisse continuer à se construire socialement.

Telle est la perspective de cette adaptation d’une pièce de théâtre signée Laura Castro qui est ici l’interprète de Tânia ainsi que la coscénariste et la coproductrice du film. C’est peu dire que le sujet tient à cœur à l’autrice ainsi que toutes les questions spécialement développées dans cette adaptation que Maria de Medeiros a signée. Le film est baigné d’autant de lumière que d’espoir humaniste pour un renouveau de la société brésilienne au-delà des pires manifestations de l’intolérance extrémiste au pouvoir. Le scénario est suffisamment riche pour rendre apparentes les caractéristiques de la société brésilienne préBolsonaro pour mieux comprendre la situation présente tout comme tout ce qui peut diviser de par le monde une famille où se trouve en même temps beaucoup d’amour. Dans une époque où l’horizon social pourrait se révéler anxiogène, Maria de Medeiros signe un véritable acte d’amour comme ce final lumineux en guise de dénouement qui vaut comme programme prophétique de réconciliation social vital.

À nos enfants
Aos nossos filhos
de Maria de Medeiros
Fiction
107 minutes. Brésil, France, 2019.
Couleur
Langue originale : portugais

Avec : Marieta Severo (Vera), Laura Castro (Tânia), Marta Nóbrega (Vanessa), Adrei Cardoso (Caíque), José de Abreu (Fernando), Cláudio Lins (Sergio), Antonio Pitanga, Denise Crispim (Clarice), Aldri Anunciação (Pedro), Ricardo Pereira (Antônio), Antonio Pitanga (Rodrigo)
Scénario : Laura Castro, Maria de Medeiros
Directeur de la photographie : Edgar Moura
Direction artistique : Ana Paula Cardoso
Conception des costumes : Renata Russo
Son : Pedro Sá Earp
Production : Laura Castro, Marta Nóbrega, Thierry Lenouvel, Paula Cosenza, Denise Gomes
Sociétés de production : AG Studios, BRDE, Bossa Nova Films, Ciné-Sud Promotion, Cria Produções
Production exécutive : Gisela Camara
Producteur associé : Carlos Diegues
Coproducteur : Gustavo Angel
Distributeur (France) : Epicentre Films

Sortie salles (France) : 23 février 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix