Exercice d'autobiographie par Fidel Castro

Du 12 au 30 janvier 2003, le journaliste Ignacio Ramonet, directeur du Monde diplomatique, mène une série d’entretiens avec Fidel Castro, dans le bureau présidentiel à La Havane. C’est un énorme privilège pour un journaliste européen. Après plus de 40 années passées à la tête du pays, Fidel Castro livre son expérience

 © Éditions Montparnasse © Éditions Montparnasse

Du 12 au 30 janvier 2003, le journaliste Ignacio Ramonet, directeur du Monde diplomatique, mène une série d’entretiens avec Fidel Castro, dans le bureau présidentiel à La Havane. C’est un énorme privilège pour un journaliste européen. Après plus de 40 années passées à la tête du pays, Fidel Castro livre son expérience en une sorte d’autobiographie sélective. Les six films de près d’une heure chacun sont le montage issus de vingt heures d’enregistrement. Le déroulement des questions se placent en fonction de la chronologie de l’histoire, commençant avec l’enfance de Fidel Castro, son milieu privilégié, ses premières prises de conscience. Ignacio Ramonet, au final, intervient très peu : quelques questions suffisent à lancer Fidel Castro dans de longues explications. En ce sens, il s’agit de sa part plutôt de propositions de thèmes à développer que de véritables conversations entre les deux hommes. Quelques sujets polémiques apparaissent, comme la condition des homosexuels et des dissidents à Cuba. À chaque fois, c’est l’occasion de longs développement tendant à minimiser numériquement les victimes d’une politique répressive à l’égard de ceux qui n’ont pas pu trouver leur place dans le modèle cubain. Fidel Castro semble faire des confidences en jouant la proximité avec son interlocuteur. Mais le degré d’écoute entre les deux ne fait guère preuve de réciprocité. L’histoire du XXe siècle est jugée a posteriori des événements et ainsi la figure du Che ne souffre guère de doutes chez Fidel Castro alors que les deux hommes n’ont pas toujours été en accord quant à leurs décisions respectives.

En suivant sa célèbre phrase « l’Histoire me réhabilitera », cet entretien est une tentative de la part de Fidel Castro pour que l’Histoire puisse entendre ses positions. Le témoignage de l’homme politique se confond souvent avec l’histoire de Cuba, reflétant bien de la personnalisation du pouvoir. Fidel Castro maîtrise toujours bien ses mots mais les avancées sociales réalisées grâce au socialisme sont paradoxalement tues. De même, la distance de l’homme de pouvoir avec la réalité cubaine se retrouve dans le dispositif de ces entretiens : un face-à-face de deux hommes assis dans des fauteuils en une pièce plongée dans la pénombre quasi abstraite. Il y a bien à certains moments quelques photos d’archives pour évoquer les événements passés, un plan pour expliciter la tentative de prise de la Caserne de Moncada le 26 juillet 1953 par Castro et ses hommes. Mais ces éléments sont peu nombreux : la grande majorité des six heures d’entretien montées montre deux hommes face à face ou encore Fidel Castro en gros plan, usant allègrement de larges mouvements de bras, comme on le voit si souvent le faire dans ses propres discours. Quelques prises de vues d’extérieurs viennent témoigner de Cuba mais de façon tout à fait anecdotique, dans l’esprit direct d’une carte postale. En cela, ces enregistrements portent fidèlement bien leur titre : Moi, Fidel Castro, c’est bien de cela dont il s’agit, plus que de Cuba même et de son histoire. Une grande figure incontournable du XXe siècle à découvrir au sein de la collection Regards des Éditions Montparnasse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi, Fidel Castro

Conversations avec Ignacio Ramonet

d’Axel Ramonet

France - 2004.

Durée totale du coffret : 300 min

Sortie France du DVD : 25 septembre 2004

Format : 4/3 – Couleur - Mono

Langue : espagnol - Sous-titres : français.

Éditeur : Éditions Montparnasse

Collection : Regards

Bonus :

« Pourquoi Castro ? » par Ignacio Ramonet (20’)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.