Une mère et son fils cherchent refuge, fuyant un foyer soumis à la terreur

Quinzaine des Réalisateurs 2014 à Cannes : Refugiado, de Diego LermanLaura, enceinte, vient une nouvelle fois de subir la violence physique et morale de son compagnon. Avec son fils Matías, elle cherche dès lors sans relâche un refuge dans la ville.

Quinzaine des Réalisateurs 2014 à Cannes : Refugiado, de Diego Lerman

Laura, enceinte, vient une nouvelle fois de subir la violence physique et morale de son compagnon. Avec son fils Matías, elle cherche dès lors sans relâche un refuge dans la ville.

De film en film, Diego Lerman réalise les plus beaux portraits de femme du quotidien. On pense beaucoup à son précédent film, L’Œil invisible (2010), où il était aussi question d’une femme enfermée par un cadre social, où la violence latente peut à tout instant s’abattre sur elle. Le quotidien de cette femme frappée par son compagnon, crée ainsi la même tension qu’un personnage devant lutter et toujours fuir pour conserver sa liberté sous la dictature. Diego Lerman s’intéresse d’abord à la sensibilité de ses personnages : aussi, il ne traite pas d’un régime de la terreur, mais de la terreur vécue par une femme dans un pays démocratique. Le régime dictatorial s’est ainsi installé au sein du foyer. Dès lors, comme les exilés politiques, la mère est contrainte de fuir avec son fils. Où trouver refuge ? Dans un quotidien toujours en mouvement, la question est au fil du récit permanente. La petite nouveauté dans le cinéma de Diego Lerman est l’apparition d’un enfant comme personnage principal : à dire vrai, l’enfant partage la vedette avec sa mère. Même s’ils ne vivent et ne ressentent pas les mêmes choses dans cette histoire, ils sont étroitement liés et en définitive finissent par s’aider implicitement l’un l’autre pour retrouver une vie plus saine. Car dans leurs difficultés, le cinéaste est foncièrement persuadé qu’ils peuvent se soutenir plutôt que s’autodétruire mutuellement, alors que souvent dans les films la souffrance d’un adulte aboutit à une indifférence vis-à-vis du devenir de ses enfants : il en était récemment question dans le film Respire Mélanie Laurent. Cette association entre le petit garçon et sa mère est une véritable trouvaille : au montage, les scènes de l’enfant viennent ponctuer un récit qui autrement aurait été dominé par la tension de la mère à la limite de la dépression. Diego Lerman dans sa direction d’acteur use en outre beaucoup de la spontanéité de l’enfant pour faire un contrepoint à la prostration de la mère. Tout ceci contribue à faire du cinéaste un brillant humaniste d’une grande finesse dans son propos.

 

Refugiado

de Diego Lerman

 

avec : Julieta Díaz (Laura), Sebastián Ezequiel Molinaro (Matías)

scénario : Diego Lerman, Maria Meira

image : Wojtek Staron

son : Leandro de Loredo

décor : Michaela Saiegh, Sabrina Campos

montage : Alejandro Brodersohn

musique : José Villalobos

Production : Campo Cine S.R.L.

Coproduction : Staron Films (Pologne), Burning Blue (Colombie), Bellota Films (France), Gale Cine (Argentine), Sudestada (Argentine), 27 Films (Allemagne), B Media Global (France)

Vente internationale : Memento Films International

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.