Billet de blog 20 sept. 2015

Emmanouche
Professeur histoire-géographie, membre de l'ARCALT-Cinélatino, Rencontres de Toulouse
Abonné·e de Mediapart

« Tango a dos » au Lou Pascalou

Le tango nait à la fin du XIXème siècle autour de l’estuaire du río de Plata, dans deux capitales qui se font face : Montevideo et Buenos Aires. Mondialement pratiqué, il est parfois aussi méconnu.

Emmanouche
Professeur histoire-géographie, membre de l'ARCALT-Cinélatino, Rencontres de Toulouse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tango a dos © Mauro Rosso

Le tango nait à la fin du XIXème siècle autour de l’estuaire du río de Plata, dans deux capitales qui se font face : Montevideo et Buenos Aires. Mondialement pratiqué, il est parfois aussi méconnu.

Ignoré dans son essence et considéré comme une danse de salon, le tango perd de sa force expressive et se fond dans les décors feutrés des milongas (soirées tango).

Martín Caló au piano et Mauro Rosso à la voix proposent un répertoire qui renoue avec l’essence même du tango : une musique vivante, populaire et riche d’influences, une musique qui raconte l’histoire et les voyages de tous les immigrants qui ont fait son histoire.

Martín Caló est un pianiste et compositeur argentin né à Buenos Aires en 1976. Il est installé à Madrid depuis plusieurs années. Autodidacte, son expérience dans différents styles l’a amené à travailler avec des musiciens renommés tels que Rubem Dantas (Brésil), Raúl Torres, Kelvis Ochoa (Cuba) ou Jose Soto « el sorderita » (Espagne). L’esprit du tango accompagne Martín Caló depuis ses débuts au piano. Son expérience et la connaissance du répertoire lui permettent ainsi de proposer un accompagnement fort d’expressivité.

Mauro Rosso est un chanteur uruguayen né à Montevideo en 1977. Il est installé à Almería (Andalousie, Espagne) depuis quelques années. Se définissant lui même comme un pur « cantor » (chanteur) de tango, il se nourrit également de ses voyages et de ses prestations au Brésil, en Argentine et au Chili. Puis vient l’Europe, où il réside et chante depuis 12 ans. Il se fixe en Espagne où il rencontre et pratique la musique avec un grand nombre de musiciens flamencos. Il joue aujourd’hui dans un groupe « la Milonga Flamenca » dans lequel il propose un chant tango accompagné par des musiciens flamencos.

© mauro rosso

En duo avec Martín Caló, Mauro Rosso renoue avec l’essence même du tango phrasé rioplatense, dans la lignée d’artistes comme Roberto « Polaco » Goyeneche ou Julio Sosa. Sa maîtrise vocale et son charisme en font un digne héritier de ces grands artistes.

© mauro rosso

« Tango a dos » joue au Lou Pascalou son premier concert en France, un événement rendu possible grâce à l’association culturelle « De París a Almería » qui permet de mettre en contact des musiciens résidant en Espagne avec des lieux susceptibles de les accueillir en France, ou inversement.

Association Paris-Almeria © Lorenzo Ibañez

Pendant cette soirée et en plus de la musique, on pourra assister à la projection de courts métrages ibéro-américains en compétition dans le cadre de la 2e édition du festival Imago. Entrée libre.

Lorenzo Ibañez.

Tango a dos : Martín Caló (piano) et Mauro Rosso (voix)

Dimanche 27 septembre à partir de 19h au Lou Pascalou, 14 rue des Panoyaux 75020 Paris

avec la projection de courts métrages ibéro-américains dans le cadre de la 2ème édition du festival Imago.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige