Billet de blog 20 oct. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

FBAL 2022 : "La Caja" de Lorenzo Vigas

Un jeune homme parti identifié dans une fosse commune les restes du corps de son père à la frontière entre le Mexique et les USA, projette dans un homme qui recrute des employé.es pour des maquiladoras, un père de substitution.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film en sélection hors compétition long métrage documentaire de la 31e édition du Festival Biarritz Amérique Latine 2022 : La Caja de Lorenzo Vigas

Après son premier long métrage de fiction Les Amants de Caracas (Desde allá) qui lui valut le Lion d'Or du meilleur film en 2015 au festival de Venise, Lorenzo Vigas replonge dans sa thématique de relation tortueuse père-fils en retransposant son récit dans la violente réalité des maquiladoras de la frontière mexicaine où la vie des ouvriers et des ouvrières ne vaut pas grand chose pour leurs employeurs sans scrupules.

Illustration 1
"La Caja" de Lorenzo Vigas © DR

Dans une magnifique image signée par le génie chilien Sergio Armstrong fidèle de la filmographie de Pablo Larraín, Lorenzo Vigas décrit un drame humain où certains hommes en exploitent d'autres sans complexe avec l'appui des sauvages lois du marché. Le scénario n'est pas sans rappeler celui de La Promesse (1996) des frères Dardenne avec une austérité glaçante des relations humaines qui doit beaucoup à l'univers des films de Michel Franco, producteur fidèle de Lorenzo Vigas depuis son premier long métrage. D'ailleurs, on retrouve ici dans la figure du père l'acteur Hernán Mendoza qui jouait déjà un père à la violence rentrée prête à éclater dans Después de Lucía (2012) de Michel Franco. On retrouve ainsi dans un même film beaucoup de talent dans la mise en scène, une photographie fascinante et beaucoup d'influences, parfois un peu trop pour en faire un film tout à fait personnel. Ainsi, le scénario aurait gagné à s'intéresser encore davantage à la réalité documentaire de cette zone de maquiladoras. Le film aurait été plus politique encore dans sa description et aurait permis de développer un point de vue personnel plus ample. Au lieu de cela, La Caja reste un film parfaitement réalisé mais avec peu de désir du côté de l'histoire racontée pour davantage convaincre.

La Caja
de Lorenzo Vigas
Fiction
92 minutes. Mexique, USA, 2021.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Hernán Mendoza, Hatzín Navarrete, Elián González, Cristina Zulueta, Dulce Alexa Alfaro, Graciela Beltrán
Scénario : Lorenzo Vigas
Images : Sergio Armstrong
Montage : Isabela Monteiro de Castro, Pablo Barbieri
Son : Waldir Xavier
1ers assistants réalisateurs : Mario Patricio, Juan Francisco Rosas
2nde assistante réalisatrice : Carolina Plata
Costumes : Úrsula Schneider
Décors : Daniela Schneider
Scripte : Fabiola Ramos
Effets visuels : Diego Vazquez Lozano
Production : Teorema (Lorenzo Vigas, Michel Franco, Jorge Hernández Aldana), SK Global Entertainment (Michael Hogan), Labodigital (Charles Barthe)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte