Billet de blog 20 oct. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

"Nous sans l'État" de Yásnaya Elena Aguilar Gil

Quelle légitimité possède le principe de l'État-Nation à l'aune de la réalité de vie des populations dites indigènes qui possèdent leur propre organisation sociale développée au fil des siècles et qui ont dû résister aux politiques violentes d'acculturation ? Yásnaya Elena Aguilar Gil au fil de ses publications invite à une réflexion trop peu médiatisée dans un monde globalisé uniforme.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Nous sans l'État de Yásnaya Elena Aguilar Gil

Pour la première fois en France, le point de vue de Yásnaya Elena Aguilar Gil en tant qu'autrice, traductrice, linguiste, chercheuse et militante des droits humains est accessible aux éditions Ici-bas avec ce recueil de ses articles publiés dans des revues et des journaux comme El País. Née à Ayutla Mixe dans l'État d'Oaxaca, au sud du Mexique, c'est à partir de son lieu d'origine et de son identité mixe que Yásnaya Elena Aguilar Gil analyse l'iniquité de l'organisation sociétale autour du concept État-Nation qui vise à acculturer la diversité des expressions et manifestations culturelles sous les traits d'une population dominante au pouvoir.

Plutôt que l'identité d'indigène ou encore pire d'indien imposée uniformément de l'extérieur dans une grille d'analyse oppressante, Yásnaya Elena Aguilar Gil développe l'idée que chaque nation a le droit à son autodétermination sans passer par l'ethnocide de l'intégration de force à une langue, des symboles et des valeurs communes selon la logique du colonialisme et du patriarcat. Ce phénomène n'a pas seulement lieu au Mexique où la diversité culturelle s'efface au rythme de la folklorisation et de l'appropriation culturelle au nom d'un système étatique éradiquant toute alternative au fonctionnement déshumanisé, puisqu'on le retrouve dans de nombreux pays dont la France qui a vu disparaître la force d'appréhension du monde que faisait vivre chaque régionalisme, au nom de la sacro-sainte et inquisitrice homogénéisation républicaine.

Ainsi, repenser l'organisation sociale à partir des nations diverses dans un même État qui serait tolérant à la diversité des points de vue des membres qu'il est censé régir, est une merveilleuse manière de repenser la participation démocratique dans le monde moderne où la démocratie représentative est en crise en ce qu'elle révèle son incapacité à laisser témoigner de ladite diversité.

Ce recueil d'articles de Yásnaya Elena Aguilar Gil est une réflexion stimulante sur le sens de l'organisation politique dans le monde actuel.

Illustration 1

Nous sans l'État
de Yásnaya Elena Aguilar Gil
Traduit de l’espagnol par Amandine Semat / Préfacé par Jules Falquet

Nombre de pages : 144
Format : 13,5 cm x 21 cm
Date de sortie (France) : 22 février 2022
Éditeur : Éditions Ici-bas
Collection : Les réveilleurs de la nuit

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte