Cinélatino 2020 : "Las Mil y una" de Clarisa Navas

Dans le quartier de Las Mil à Corrientes en Argentine, Iris est une adolescente qui traverse sa cité avec son ballon de basket et son innocence angélique. Son errance un jour rencontre le chemin de Renata, libre et affranchie des contraintes sociales au-delà de la mauvaise réputation qu’elle porte.

"Las Mil y una" de Clarisa Navas © DR "Las Mil y una" de Clarisa Navas © DR
Film en compétition long métrage de la 32e édition du Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse 2020 : Las Mil y una de Clarisa Navas

Du récit d'un match de football féminin perturbé au cours d’une journée dans un village de l’État de Corrientes à la frontière entre l’Argentine et le Paraguay dans son premier long métrage Hoy partido a las 3 (2017), la réalisatrice et scénariste Clarisa Navas s’attache à décrire une nouvelle fois un microcosme social au centre duquel se trouvent des adolescents mais cette fois en milieu urbain. Le dispositif choral se transforme et s’attache cette fois-ci au personnage de l’adolescente Iris, innocente joueuse de basket qui parcourt la cité en faisant mine d’ignorer la drogue, la prostitution et la violence. C’est à travers elle que le spectateur découvre peu à peu ce microcosme social d’une société argentine hétéronormée où les adolescents cherchent et expérimentent leurs identités sexuelles avec plus ou moins de liberté et d’espaces intimes. La promiscuité des lieux d’habitation comme des espaces publics dans la cité de Las Mil laisse peu d’espace pour se découvrir intimement loin des regards voyeuristes.

La réalisatrice épouse le cinéma vérité pour développer son récit fictionnel avec une caméra toujours en mouvement en extérieur et de longs travellings pour suivre ses personnages dans leurs hésitations et leurs doutes face à d’autres beaucoup plus sûrs d’eux-mêmes, en façade. La dynamique cinématographique en termes de mise en scène est proche des frères Dardenne mais avec une dimension chorale plus importante offrant de beaux portraits de personnages secondaires notamment en ce qui concerne les cousins d Iris, la protagoniste, avec lesquels elle forme un équilibre très fort dans son foyer. Le titre évoque le rêve des mille et une nuits où le pouvoir des femmes se trouve dans la capacité à renouer sans cesse de nouveaux fils d’histoires. Ce désir de fiction ui porte ces différents adolescents qui semblent abandonnés à eux-mêmes dans un éternel quotidien qui se répète sans cesse, sans perspective d’avenir. Et pourtant la société est effervescente et malgré la violence de l’hétéronormativité, la tolérance et la solidarité s’expriment ici et là comme des petites bulles effervescentes dans un lac aux eaux faussement tranquilles.

 

 

202004882-8-rwd-1380
Las Mil y una
de Clarisa Navas
Fiction
120 minutes. Argentine - Allemagne, 2020.
Couleur
Langue originale : espagnol

 

Avec : Sofía Cabrera (Iris), Ana Carolina Garcia (Renata), Mauricio Vila (Darío), Luis Molina (Ale), Marianela Iglesia (Susi), Pilar Rebull Cubells (Romi), Facundo Ledesma (Pablo), Leo Espíndola (Ramiro)
Scénario : Clarisa Navas
Images : Armin Marchesini Weihmuller
Montage : Florencia Gomez Garcia
Musique : Claudio Juarez, Desdel Barro
Son : Mercedes Gaviria Jaramillo
Assistant réalisateur : Lucas Olivares
Décors : Lucas Koziarski
Costumes : Clarisa Leiva
Maquillage : Anouk Clemenceau
Production : Varsovia Films (Argentine) et Autentika Films (Allemagne)
Producteurs : Lucía Chávarri, Diego Dubcovsky
Coproducteurs : Paulo de Carvalho et Gudula Meinzolt
Vendeur international : Pluto Film

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.